Accueil du site > Actualités > 850.000 familles agricoles et pastorales sénégalaises menacées par la crise (...)

850.000 familles agricoles et pastorales sénégalaises menacées par la crise alimentaire (FAO)

vendredi 9 mars 2012

Quelque 850.000 familles agricoles et pastorales sénégalaise sont prises à des crises alimentaires répétés selon la FAO qui a lancé vendredi un appel de fonds supplémentaires d’au moins 69,8 millions de dollars de pour venir en aide à des familles agricoles et pastorales au Sahel.


Selon l’organisme onusien, ‘’plusieurs pays de la région du Sahel en Afrique de l’ouest ont besoin d’une aide d’urgence pour conjurer une crise de sécurité alimentaire et nutritionnelle de grande envergure et protéger et restaurer les moyens d’existence des communautés dépendant de l’élevage et de l’agriculture’’.

On estime que 15 millions de personnes au bas mot sont à risque d’insécurité alimentaire au Sahel, en partie à cause de baisses localisées, mais importantes, de production agropastorale, selon un communiqué de la FAO.

Ce chiffre comprend 5,4 millions de personnes au Niger (35 pour cent de la population), 3 millions au Mali (20 pour cent), 1,7 million au Burkina Faso (10 pour cent), environ 3,6 millions au Tchad (28 pour cent), 850.000 au Sénégal (6 pour cent), 713.500 en Gambie (37 pour cent) et 700.000 en Mauritanie (22 pour cent).

Selon la FAO, ‘’la crise qui se profile est due à une association de divers facteurs, dont la sécheresse, de fortes diminutions de la production céréalière et les prix élevés des céréales, une pénurie de fourrage pour le bétail, une réduction des envois de fonds des travailleurs émigrés dans divers pays, la dégradation de l’environnement, les déplacements de personnes, et la pauvreté chronique aggravée par la conjoncture’’.

Le communiqué relève que ‘’la production céréalière totale de 2011 au Sahel était inférieure de 25 pour cent, en moyenne, à celle de 2010, mais la baisse accusée au Tchad et en Mauritanie a été jusqu’à 50 pour cent’’.

‘’D’autres pays, poursuit-il, ont souffert de graves déficits de production vivrière localisés (jusqu’à 80 pour cent), selon le Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA), une instance regroupant gouvernements, donateurs et autres acteurs des questions de sécurité alimentaire en Afrique de l’ouest.

La région du Sahel est aussi marquée par un ‘’fort accroissement du nombre de personnes déplacées, comprenant notamment 63.000 personnes déplacées à l’intérieur du Mali fuyant les conflits dans le nord du pays, et plus de 60.000 réfugiés maliens dans les pays voisins’’.

Répondre à cet article