Accueil du site > Actualités > APRES LA DEFAITE DE SES ‘’LIEUTENANTS’’ AUX LOCALES : Ce que mijote le (...)

APRES LA DEFAITE DE SES ‘’LIEUTENANTS’’ AUX LOCALES : Ce que mijote le Président Sall

mardi 1er juillet 2014


Il fallait bien s’y attendre, les manœuvres vont bon train au sommet de l’Etat, 48 heures après la débâcle de certains ‘’gros calibres’’ de l’Alliance pour la République (APR) aux élections locales de dimanche 29 juin. Selon les échos qui nous parviennent, le Président Sall, déçu des résultats

de ses proches est plongé depuis dans une humeur bien noire. Il nous revient du reste qu’il avait mis personnellement en garde tous ses ‘’lieutenants’’, les appelant un à un, avant les Investitures, pour leur demander de ne pas insister pour des positions dans les listes d’investitures et de laisser la place à d’autres (de Benno surtout), si on n’est pas sûr de gagner. Et que les responsables politiques qui ne respectent pas ces consignes, le feront à leur risques et périls, en

cas de défaite. Des avertissements qui sont apparemment tombés dans des oreilles bien ‘’sourdes’’. Dans le lot des lieutenants de l’APR mis en garde par le chef de file de l’APR, il y a naturellement Mbaye Ndiaye du bien stratégique secteur des Parcelles Assainies. Ce dernier, au cours d’une réunion, aurait non seulement affiché ses ambitions de reprendre la mairie des Parcelles Assainies des mains de Moussa Sy, mais en avait fait une question d’honneur.

‘’Moi, à ta place, je ne plongerai pas. Laissez cela aux jeunes, encadrez-les…’’, aurait conseillé le Président Sall. Mbaye Ndiaye qui avait visiblement de vieux comptes à solder avec Moussa Sy, n’a voulu rien entendre. Au contraire, il s’est même positionné comme barrage pour que ce dernier ne puisse nouer aucune alliance avec la majorité présidentielle… Ce qui, selon la lecture qu’en font des sources proches du Président Sall, a ouvert un boulevard à Khalifa Sall. C’est en tout cas le temps des regrets pour la formation présidentielle. La défaite à Grand-Yoff reste au travers de la gorge. Et l’on se

rend aujourd’hui compte que dans ce bled, hormis Aminata Touré, qui n’est pas en vérité un pur produit de Grand-Yoff, ce quartier très populaire n’a pas de ministre dans le gouvernement. Une autre curiosité, c’est un quartier tout aussi

populaire que Grand-Dakar, la Médina, qui passe entre les mains de Khalifa Sall. Le camp présidentiel ne manque pas de relever que quatre ministres et deux directeurs généraux s’y activent, qui n’ont pourtant pas empêché la chute de

la Citadelle Médina que chante si bien Youssou Ndour. Là aussi nos interlocuteurs nous assurent que le Président Sall avait expliqué à Seydou Guèye, qu’il appréciait la fonction technique qu’il jouait auprès de lui avant de lui conseiller de rester en retrait. Mais Seydou Guèye avait envie de plonger…

Manoeuvres…

Conséquence immédiate de la débâcle de certains ténors de l’Alliance pour la République (APR), ce sont les schémas alternatifs

qui sortent de la besace du maître des lieux. Cela est facilité par le fait que le Président Sall est plus libéré qu’avant du fait des mauvaises performances de ceux qui, dit-on, lui dictaient leur

tempo. D’abord, on va sans doute aller vers un renouvellement progressif de certains responsables au niveau local. Il semble que certaines têtes intéressantes soient ciblées pour être positionnées en douceur. L’option est d’aller vers un rajeunissement, surtout au niveau de certains postes stratégiques de l’administration. Mais il s’agira de viser des jeunes qui ont un profil intéressant ‘’et quelque chose dans le ventre’’, pour reprendre les termes d’un de nos interlocuteurs. Est-ce pour étudier tous ces éléments dans un contexte où un remaniement semble inévitable que le Président Sall s’est enfermé hier longuement avec le leader de

l’Alliance des forces de progrès (AFP), par ailleurs président de l’Assemblée nationale ? Mystère et

boule de gomme. Ce qui est clair, c’est que la large victoire de Khalifa Sall va curieusement renforcer Niasse auprès du Président, au détriment de Tanor. Calculs politiques !

Répondre à cet article