Accueil du site > Actualités > Accident mortel à Xewell Sa, protestations meurtrières à Dangoté : Sale temps (...)

Accident mortel à Xewell Sa, protestations meurtrières à Dangoté : Sale temps pour les cimenteries

vendredi 21 mars 2014

Avant-hier, un ouvrier est mort dans des conditions mystérieuses sur le site de la cimenterie Xewell Sa, à Pout. Presque au même moment, au Nigeria, six ouvriers d’une des cimenteries de la première fortune africaine, Aliko Dangoté, étaient tués lors de protestations.


L’affaire est gardée secrète sans doute pour ne pas ternir l’image de Xewell Sa, la nouvelle cimenterie en construction à Pout, en même temps que celle de Aliko Dangoté, la première fortune d’Afrique. Selon Libération, un ouvrier est mort sur ce site dans des conditions troublantes, avant-hier. Sur les causes de cette mort, des sources autorisées évoquent des « tirs de mine » qui ont également fait plusieurs blessés. Toutes choses qui poussent certaines voix du secteur de la cimenterie à dire que les plus hautes autorités doivent faire preuve de diligence pour que la lumière jaillissent sur cette affaire qui pose une fois de plus le problème de la sécurité dans les cimenteries. C’est dans ce sens que le Président du Conseil d’administration de Sococim, Boubacar Camara, s’est exprimé sur le site internet de l’hebdomadaire « Jeune Afrique ». Et l’ancien Directeur général des Douanes de faire une grosse révélation, affirmant qu’une cimenterie, « c’est dangereux, il faut des permis, des autorisations préalables, il faut également procéder à une étude d’impact environnemental. Ça n’a pas été fait » concernant Dangoté. Enfonçant le clou, Boubacar Camara met en cause « le choix technologique d’une centrale à charbon avec refroidissement à eau qui fera puiser 4500 m3 d’eau par jour dans la nappe phréatique (d’un) pays sahélien comme le Sénégal. C’est une course contre la montre. Dès que la production aura commencé, ce sera beaucoup plus difficile d’intervenir. Vu les conditions dans lesquelles il a installé son usine, Dangoté peut arriver et fixer les prix qu’il veut ». En attendant l’issue de la plainte déposée à cet effet par Vicat, la maison mère de Sococim, Dangoté est actuellement dans la tourmente. En effet, au moins six de ses ouvriers ont trouvé la mort lors de protestations sur le site de sa cimenterie sise à Gboko, une ville de l’Etat de Benue, au Nigeria.

Répondre à cet article

1 Message