Accueil du site > Actualités > Atepa affiche des ambitions politiques et tacle des proches de Wade dans (...)

Atepa affiche des ambitions politiques et tacle des proches de Wade dans l’affaire du Monument de la Renaissance

jeudi 2 octobre 2014

Pierre Goudiaby Atepa candidat à la prochaine élection présidentielle ? C’est fort possible, pour ne pas dire plus. Dans une longue interview qu’il a accordée au magazine « Afrique Méditerranée Business », le célèbre architecte soutient qu’en plus d’être tenté par la politique, il a de l’ambition pour son pays. Répondant à la question suivante : « Quand vous vous rasez le matin, pour reprendre une expression devenue célèbre, vous y pensez ? », il affirme : « avant, j’aurais dit : j’y pense et puis j’oublie. Maintenant c’est plutôt : j’y pense et j’y repense ». Avec la liberté de ton qui le caractérise, Atepa se sent mal, quand il voit ce qu’on est en train de faire du Sénégal. Pour lui, le Sénégal a besoin d’une nouvelle impulsion, d’un redémarrage. Très virulent contre les tenants de l’actuel régime, il déclare : « le pouvoir aujourd’hui, le gouvernement, les hautes sphères de l’Etat sont peuplés de gens médiocres, à quelques exceptions notables près, comme Awa Marie Coll Seck, notre ministre de la Santé ». …le monument de la Renaissance africaine Interrogé par nos confrères du trimestriel « Afrique Méditerranée Business » sur l’un de ses projets les plus controversés en l’occurrence le Monument de la Renaissance Africaine, Atepa fait une révélation de taille en parlant de sa brouille avec l’ex-Première Dame Viviane Wade à propos de ce projet. Parlant de sa rémunération pour ce projet, il dit avoir perçu des honoraires normaux de l’ordre de 900 millions. Cependant, ajoute-t-il, « d’autres se sont fait de l’argent, mais je garderai tout cela pour moi ». Même s’il déplore la « sordide » spéculation immobilière qu’il y a eu autour du terrain ayant servi en dation de paiement à l’entreprise coréenne, Pierre Goudiaby Atepa trouve que la statue est un beau projet.

Bamba Toure


Répondre à cet article