Accueil du site > Actualités > Atépa démonte le rapport de l’Ige

Atépa démonte le rapport de l’Ige

dimanche 3 août 2014

Le célèbre architecte et ancien conseiller spécial d’Abdoulaye Wade est très remonté contre l’Inspection générale d’Etat (Ige). Cité dans le dernier rapport de ladite institution, Pierre Goudiaby Atépa s’est fendu d’un communiqué pour démentir toutes les allégations portées contre lui. Ce, aussi bien concernant le monument de la renaissance africaine, la maison du Sénégal à New-York et l’Université du futur africain.


Le dernier rapport de l’Ige commence à susciter des réactions. La gestion des projets du monument de la renaissance africaine, de la maison du Sénégal à New-York et de l’université du futur africain, indexée par l’Ige a fait sortir de ses gonds l’architecte Pierre Goudiaby Atépa.

Selon le célèbre architecte, le projet du monument de la Renaissance a été réalisé dans les règles de l’art. « Le conflit d’intérêt apparent ne résulte que du simple fait qu’un privé travaillant avec l’Etat soit nommé au poste officiel de ministre conseiller ou de conseiller spécial », affirme-t-il, non sans préciser qu’il a toujours exercé cette fonction à titre bénévole. Atépa ajoute que « la dation en paiement qui a été la clef du financement de ce projet avait prévu le paiement par le contractant de l’Etat, des honoraires pour les études et le suivi des travaux. »

« L’IGE A GRAVEMENT CONFONDU… »

Concernant la maison du Sénégal à New-York, l’Ige a fait état dans son rapport d’esquisses architecturales facturées à 6 dollars par pied carré, selon l’architecte le plus en vue de New-York. « C’est vrai que cela correspond aux normes en vigueur au Sénégal.

Seulement, l’Ige a gravement confondu la confection d’une esquisse et la réalisation d’un dossier complet d’appel d’offres », se défend Atépa. Ce dernier précise, document à l’appui, que le paiement initial de ce projet est de 300.000 dollars, et non 2 millions de dollars dont parle l’Ige dans son rapport. Le total de l’esquisse présentée par Atépa est de 4.550.000 dollars « Pour un projet estimé à 60 millions de dollars, le taux le plus bas pour les études architecturales, techniques et de décoration a été appliqué, à savoir 7,5%. Compte tenu de la complexité de l’immeuble, l’architecte américain dont il est question dans le rapport aurait certainement demandé plus de 10% et avec juste raison », a-t-il affirmé.

Atépa n’a pas manqué de préciser que l’immeuble en question est une tour de 21 niveaux, comme l’atteste l’autorisation de construire, alors que le rapport de l’Ige fait état de 8 étages.

L’UNIVERSITE DU FUTUR AFRICAIN…

Pour le projet de l’Université du futur africain, Atépa relève que le contrat de base ne concernait que les études architecturales, fixées sur la base d’un taux de 5% du montant provisoirement évalué des travaux. Le cabinet Atépa s’est vu confier par la suite les études techniques, le contrôle et la surveillance du chantier. Sur un montant provisoire des travaux arrêté à 14 milliards, l’architecte aurait reçu 1,4 milliard, soit 10%. Atépa souligne avoir juridiquement le droit de réclamer 3 milliards car au final, le coût global du projet a été évalué à 30 milliards.

L’As

Répondre à cet article