Accueil du site > Sports > CHELSEA-PSG : PARIS ARRÊTE DE RÊVER

CHELSEA-PSG : PARIS ARRÊTE DE RÊVER

mercredi 9 avril 2014

Battu 2-0 par Chelsea, ce mardi à Stamford Bridge, avec un but dans les dernières minutes de Demba Ba, le PSG sort en quart de finale et reste bloqué aux portes du dernier carré de la Ligue des champions. Frustrant à souhait.


le football peut être frustrant. Pour les Parisiens, on aurait même envie d’inventer un nouveau mot englobant ce genre de sentiments. Un an après son élimination sans perdre face au Barça (2-2, 1-1), le PSG a une nouvelle fois échoué au stade des quarts de finale de la Ligue des champions. Face à Chelsea, cette fois. Avec un scénario qui va laisser regrets et goût amer aux hommes de Laurent Blanc. Qualifiés au coup d’envoi grâce à leur victoire 3-1 à l’aller, les Parisiens ont tenu leur place en demi-finale jusqu’à la 87e minute. Elle leur aura échappé sur un but signé Demba Ba au bout d’une seconde période irrespirable. Terrible. Mais à bien regarder le match, presque mérité. Sans Zlatan et avec un Edinson Cavani très décevant, les joueurs de la capitale auraient eu besoin de faire trembler les filets pour infliger à José Mourinho sa première élimination à ce stade de la compétition. Malgré le courage longtemps démontré, ils n’y arriveront pas. L’expérience a parlé. Les Parisiens devront désormais attendre la saison prochaine pour reprendre le fil de leur rêve de conquête européenne. Il y avait cette tension palpable des matches très attendus. Ce petit truc en plus des évènements à part. A ce niveau la compétition, les joutes européennes se nimbent toujours du parfum des grands soirs. Et si le PSG a déjà prouvé qu’il avait le talent pour rivaliser avec les grosses écuries, résister à ce type de pression à l’extérieur n’est jamais une partie de plaisir. Dès le début de rencontre, l’impression visuelle ne laissait pas de place au doute : Chelsea allait prendre le jeu à son compte et Paris défendre son avantage en tenant d’exploiter ses opportunités en contre. Facile à dire. Beaucoup moins à faire. Très vite, les Blues posaient le pied sur le cuir mais n’arrivaient pas à se montrer dangereux dans un premier quart d’heure où la tension se ressentait des deux côtés. Demba Ba se jette et libère Chelsea La suite allait se révéler moins joyeuse pour l’arrière-garde parisienne. Une frappe contrée signée Eto’o (9e) lançait les hostilités. Si Chelsea subissait alors un gros coup dur avec la sortie sur blessure du feu-follet belge Eden Hazard (18e), les Blues continuaient de transformer leurs intentions en actions dans un Stamford Bridge où les supporters parisiens se faisaient entendre. Sirigu devait se détendre pour stopper un coup franc de Lampard détourné par le mur (27e), puis captait une frappe de loin de David Luiz (29e). Et ce qui devait arriver arriva : sur une touche, Thiago Motta était trop court, la déviation de la tête de David Luiz trouvait un André Schürrle abandonné par Lucas au marquage et l’Allemand pouvait marquer d’un plat du pied dans la surface (1-0, 32e). Le PSG était toujours qualifié. Mais Chelsea n’avait plus qu’un but à inscrire pour retourner la chose. Pour les supporters du club de la capitale, chaque action chaude des Blues se transformait en torture mentale. La frappe au-dessus de Gary Cahill (36e) faisait passer des frissons. Et que dire de la frayeur en voyant Thiago Silva boîter et sortir quelques secondes… Bref, rien n’allait pour Paris dans cette première période mais la qualification était toujours en main. Au retour des vestiaires, le scénario se poursuivait. En deux minutes, Schürrle (51e) puis Oscar (53e sur coup franc) trouvaient la barre transversale de Sirigu. Malin, Laurent Blanc décidait de remplacer Marco Verratti – averti – par Yohan Cabaye (55e) pour mieux maîtriser le ballon au milieu. Un choix positif puisque le PSG, qui n’avait jusque-là tenté que deux frappes, se mettait à moins subir. Lavezzi enroulait un ballon bien repoussé par Cech (57e). Cavani (72e), Maxwell (76e), Cavani encore (77e sur une merveille de passe de Cabaye) puis Lucas (80e) étaient proches d’inscrire le but libérateur. Ce ne sera pas le cas. Et Demba Ba, entré tout comme Torres pour le va-tout des Blues, ira se jeter dans les six mètres pour pousser le ballon au fond des filets (87e). Oh oui, que le football peut être frustrant.

Répondre à cet article