Accueil du site > Test b > Campagne de destitution du numéro 2 du Pds : le syndrome Idrissa Seck guette (...)

Campagne de destitution du numéro 2 du Pds : le syndrome Idrissa Seck guette Macky Sall

mardi 23 octobre 2007

Les jours de Macky Sall à la tête de l’Assemblée nationale sont-ils comptés ? En tout cas, au-delà de ces sorties réclamant sa destitution du poste de secrétaire général adjoint du Pds, ses adversaires visent plutôt le perchoir de l’Assemblée nationale. Le plus inquiétant, c’est qu’aucune voix ne s’élève pour prendre la défense de Macky Sall. Même pas celle de la Cis très prompte à canarder l’opposition boycotteuse ou celle de la commission de discipline du Pds.


Les libéraux semblent avoir définitivement pris la décision de se payer la tête de Macky Sall. Le numéro deux du Pds, hier seulement adulé et respecté pour ses ‘qualités’ de grand travailleur, d’homme efficace et effacé, est aujourd’hui jeté en pâture. Accusé de tous les péchés d’Israël.

Sa faute : Etre à la tête d’une Institution qui a commis l’outrecuidance d’associer l’Anoci, cette structure dirigée par le fils de Me Wade, dans la liste des agences à auditionner par la représentation nationale. Une demande considérée par les libéraux comme un crime de lèse-majesté. Et ce ne sont plus les voix qui manquent pour dénoncer ce que le Cercle des intellectuels de l’alternance (Cia) assimile à ‘une injure’ et une ‘indécence’ qui, à leurs yeux, n’a que des visées politiques.

Pendant ce temps, d’autres voix plus osées se mettent à réclamer la tête de Macky Sall. C’est le cas de Farba Senghor, de Khoureychi Thiam et de Mohamed Manssaly, responsable des jeunesses Wadistes. Ces derniers, jusqu’à une époque récente, se faisaient les défenseurs de Macky Sall, à l’époque où il était tout puissant Premier ministre et directeur de campagne du candidat Abdoulaye Wade.

Et ces condamnations tous azimuts sont loin de s’estomper. Elles risquent de continuer de plus belle pour s’attirer les faveurs du roi et du prince. Car, comme dit l’adage, ‘on ne reconnaît les vrais amis que dans les moments difficiles’. Et ces anti-Macky Sall semblent vouloir se positionner en vrais ‘amis’de Karim Wade.

Au rythme où vont donc les choses, il est fort à craindre que Macky Sall passe à la trappe comme Mbaye Jacques Diop tout récemment et comme Idrissa Seck, il y a seulement tois ans. En effet, le ton étant désormais donné, les faucons libéraux veulent entamer le dernier coup qui achèvera Macky Sall. L’estocade qui ne lui laissera aucune chance. Aujourd’hui on parle de destitution de son poste de secrétaire national adjoint du Pds. Mais la vérité est que les adversaires politiques de Macky Sall visent son poste de président de l’Assemblée nationale.

Ce qui ne sera pas en tous cas, une première dans l’histoire politique du Sénégal, encore moins dans celle du Pds. Avant lui, Youssou Diagne avait fait les frais d’une manœuvre politique qui lui avait fait quitter le perchoir de l’Assemblée nationale. Il avait été reproché au premier président de l’Assemblée nationale post-alternance d’avoir perdu dans son fief lors des législatives de 2001. Cette fois, on est en train de reprocher à Macky Sall d’avoir été déloyal en voulant tendre une embuscade à Karim Wade, le fils du chef de l’Etat. Les jeunes wadistes, parlent d’ailleurs de traîtrise.

Le plus inquiétant dans cette vaste campagne de déstabilisation, c’est que Macky Sall ne trouve aucune voix autorisée pour le défendre. Même pas les cadres de la Cis. Une cellule pourtant très prompte à monter au créneau quand il s’agit de canarder l’opposition boycotteuse. Quant à la commission de discipline du Pds, elle se signale par un silence on ne peut plus complice. Pour l’heure, seul le Maréwa, un mouvement de soutien au président Wade, se hasarde à prendre la défense du secrétaire général adjoint du Pds. Et pour combien de temps encore ?

Il faudra donc un véritable miracle pour sauver le président de l’Assemblée nationale des missiles libérales. A moins que Me Wade ne prenne la décision de siffler la récréation dans son parti.

Source/walf

Répondre à cet article