Accueil du site > Sports > Can 2008/Diouf en sursis, seul le rapport de Kaspi peut le sauver

Can 2008/Diouf en sursis, seul le rapport de Kaspi peut le sauver

jeudi 25 octobre 2007

Après avoir refusé de répondre à la convocation du sélectionneur national lors du match amical contre le Syli national du 14 octobre dernier à Rouen, le capitaine des Lions, qui n’a pas été tendre envers la Fédé de foot, pourrait être sanctionné par le Bureau fédéral. Les Fédéraux qui se réunissent cet après-midi pourraient s’auto-saisir au cas où le sélectionneur national n’enverrait pas son rapport lié à l’affaire Diouf.


Le feuilleton du capitaine de l’Equipe nationale du Sénégal est loin de connaître son épilogue. Après avoir annoncé sa retraite internationale, El Hadji Diouf s’est rétracté en invoquant comme prétexte « une blessure contractée aux entraînements avec Bolton ». Du coup, l’attaquant des Lions qui n’a pas été tendre envers les Fédé-raux qu’il a traité d’« amateurs », pourrait se voir infliger une sanction par le Bureau fédéral qui se réunit cet après-midi.

Les Fédéraux qui ont dans leur viseur le capitaine des Lions, pourraient l’interpeller pour qu’il s’explique par rapport aux vraies raisons de son absence lors de la rencontre amicale des Lions, le 14 octobre dernier à Rouen, contre le Syli national (3-1). Bien qu’étant présent à Paris le jour du match Diouf n’a pas jugé utile de faire le déplacement à Rouen, pour au moins faire constater sa « blessure » au staff médical. Une absence constatée sur place par le sélectionneur national, Henryk Kasperczak, qui ne l’a d’ailleurs pas rencontré, comme c’était prévu après le match. Le Vagabond de Bolton ayant préféré discuter en aparté avec le ministre des Sports, Issa Mbaye Samb.

En réunion hebdomadaire aujourd’hui, les Fédéraux pourraient ainsi être appelés à se prononcer sur « le comportement inacceptable » du capitaine des Lions qui a ameuté toute l’opinion sportive pendant plusieurs jours en faisant, ça et là, des déclarations contradictoires et en tirant sur les membres du Bureau fédéral. « Une attitude inquiétante pour un capitaine d’équipe censé donner le bon exemple », déplore un Fédéral.

SEUL LE RAPPORT DE KASPERCZAK…

Mais une sanction n’aurait un cachet formel que si le coach des Lions dépose sur le bureau du président Mbaye Ndoye le rapport lié au comportement de Diouf. « C’est à l’entraîneur (Kasperczak) de déposer son rapport que le Bureau va étudier avant de se prononcer sur la sanction. » Une démarche « obligatoire » du patron de l’Equipe nationale au lendemain de chaque mission internationale. Seulement, des incertitudes demeurent par rapport au dépôt d’un tel document. En effet, selon des sources proches de l’instance dirigeante, le technicien franco-polonais pourrait « volontairement passer l’éponge sur cette affaire pour ne pas exposer son capitaine à une éventuelle sanction du Bureau fédéral ».

Une démarche, il est vrai, qui ne participerait pas d’une volonté de restaurer une certaine discipline au sein de la Tanière à moins de trois mois de l’ouverture de la 26e édition de la Can 2008, prévue au Ghana. Surtout si on se rappelle du cas de Mamadou Niang qui, bien qu’évoquant une blessure, n’avait pas déféré à la convocation du sélectionneur national, comme le prévoit le règlement, lors des matches à l’extérieur contre la Tanzanie et le Mozambique, comptant pour les éliminatoires de la Can 2008.

Parallèlement à ce manquement, son club avait attendu jusqu’au 15 juin pour envoyer un courrier justifiant son absence. Ce qui n’avait pas empêché les Fédéraux de saisir la Fifa pour statuer sur la question. Il aura fallu une lettre d’excuses de l’attaquant Marseillais pour que les dirigeants sénégalais retirent leur requête. Evitant à « Mamad » une suspension de deux matches. Le dossier Diouf sera-t-il traité avec la même diligence ou sera-t-il rangé dans les vestiaires ? La réponse sera certainement connue en fin d’après-midi, à la fin de la réunion du Bureau fédéral.

Source/Quotidien

Répondre à cet article