Accueil du site > Actualités > Cusems et Sudes menacent de perturbations l’école

Cusems et Sudes menacent de perturbations l’école

vendredi 14 novembre 2014


Des nuages planent à nouveau sur l’année académique. D’un côté, le cadre unitaire syndical des enseignants du moyen et secondaire (Cusems) menace de perturber l’année scolaire si le gouvernement ne prend pas en compte leurs revendications. Et d’un autre, le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes) promet d’aller en grève.

Les principaux acteurs de l’éducation nationale, Cusems et Sudes, se sont mobilisés pour secouer l’année scolaire par des mouvements d’humeur. Ils ont proféré des menaces visant à paralyser le système scolaire si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

En conférence de presse hier, le Cusems a exprimé pour sa part, « sa volonté de passer une année scolaire paisible et de faire des efforts dans ce sens si et seulement si le gouvernement respecte ses engagements et corrige les manquements observés » dans le système éducatif, renseigne Le Quotidien. La plateforme revendicative reste la même : le paiement des indemnités du Bac et du Bfem avant le 30 novembre prochain, des heures supplémentaires, des heures d’encadrement des stagiaires, de tutorat, la délivrance des actes de reclassement, d’avancement et des matricules, la formation diplomante des professeurs de mathématiques, de philosophie, d’économie familiale et le recrutement de tous les sortants de la Fastef, du Cneps de Thiès et de l’Ensept. Le syndicat a demandé en outre, au ministre de l’Education, Serigne Mbaye Thiam d’apporter des éclaircis dans l’affaire de la fraude des élèves-maîtres au mois de juillet dernier.

Quant aux enseignants affiliés au Sudes, ils n’excluent pas d’aller en grève. En colère contre le ministre de la Fonction publique, il dénonce l’« ingérence » du gouvernement dans les affaires syndicales en l’excluant « arbitralement » du comité de suivi du protocole d’accord, le manque criard de professeurs dans certains établissements, le refus d’organiser le concours à la Fastef et d’autres écoles de formation, etc. Et compte de déposer un préavis de grève si des solutions rapides ne sont pas apportées.

Répondre à cet article

1 Message