Accueil du site > Faits divers > DRAME FAMILIAL A YEUMBEUL NORD : Diallo tue son oncle alcoolique et se (...)

DRAME FAMILIAL A YEUMBEUL NORD : Diallo tue son oncle alcoolique et se constitue prisonnier à la Section de recherches

mardi 19 juillet 2016

Le boutiquier Benté Diallo a été déféré au parquet de Pikine, vendredi dernier, par le commissariat de police de la commune de Yeumbeul, puis placé sous mandat de dépôt pour le délit de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans avoir l’intention de la donne


Le quartier Deggo de Yeumbeul Nord est sous le choc suite à la tragique prise de bec entre le boutiquier M. Benté Diallo, 23 ans, et son oncle maternel Moussa Diallo, âgé de 41 ans. Celui-ci, marié et père de trois enfants, a été poignardé à mort dans la région du cœur par son neveu lors d’un pugilat à l’arme blanche dans la rue. Mais, réalisant la gravité de son geste, il a pris la fuite pour aller se réfugier chez son frangin établi à la Médina avant d’aller se constituer prisonnier le lendemain du drame à 17 h dans les locaux de la Sûreté Urbaine du commissariat central de police de Dakar.

Le différend entre les ressortissants guinéens remonte à la veille du mois de ramadan, où l’oncle du boutiquier, Moussa Diallo, ivre mort comme à son habitude, débarque nuitamment chez son neveu déjà au lit et demande de lui offrir une pièce de 50 francs. Le garçon rétorque qu’il est fauché et suggère à son oncle de repasser. Mais, ce dernier considère cela comme un refus, s’emporte et crache du venin sur Diallo. Il lui gronde dessus et l’abreuve de propos de caniveau. Une dispute éclate entre eux. Ils se rentrent dessus et échangent des coups de poing. Des voisins accourent et les séparent.

Quelques jours après, renseignent toujours nos sources, ils se battent à nouveau et se jettent des pierres. L’oncle se retrouve avec une grave blessure à la main et jure qu’il va se venger. Mais, pour mieux assouvir sa soif de vengeance, il feint de se culpabiliser, se confond en plates excuses. Il se saoule la gueule à nouveau, débarque dans la boutique de son neveu et demande de lui payer de la boisson. Sans succès. Mais, vu l’état d’ivresse avancée du bonhomme, le propriétaire de la boutique intervient et lui offre une bouteille de boisson pour le calmer. Malgré tout, l’oncle éclate de rage, insulte son neveu et le cogne avec la bouteille de boisson. Il le traîne dans la boue et l’interdit de mettre les pieds chez lui.

« Il lui plante un couteau dans le cœur pour parer au coup de pelle »

Mercredi 13 juillet 2016, soutiennent nos informateurs, Diallo passe outre les interdictions et vient prendre du thé dans la maison familiale. Son oncle ivre comme un polonais débarque, aux environs de 23h, entend sa voix dans une chambre et le somme de quitter les lieux. Ils se hurlent dessus, et se prennent fortement au collet et s’invectivent. Des gens s’interposent et contraignent Diallo à sortir de la maison. Mais, se sentant atteint dans son honneur, l’oncle s’empare d’une pelle, rejoint le garçon dehors et tente de le charger. Mais, ce dernier prend un couteau dans sa boutique d’â côté, esquive le coup et plante la lame de l’arme blanche dans la région thoracique de son antagoniste.

Mal en point, signale-t-on, Moussa tient tout de même le coup, se relève de sa chute brutale et poursuit son neveu. Il sent ses forces l’abandonner, s’écroule brusquement au sol et se met à agoniser. Il se vide de son sang, se débat dans tous les sens et rend le dernier soupir. Un habitant du quartier Bathie Dramé tombe sur la scène macabre et téléphone aux limiers de Yeumbeul. Mais, avant l’arrivée des flics pour les constatations d’usage, on apprend que le neveu présumé meurtrier, après avoir jeté le couteau taché de sang, a pris un taxi pour aller trouver refuge chez son frère à la Médina. Il se rend toutefois le lendemain jeudi 14 juillet à 17h à la Sûreté Urbaine du commissariat central de police de Dakar pour se constituer prisonnier.

Alerté par ses collègues de la Sureté urbaine, le commissaire de Yeumbeul a dépêché quelques uns de ses éléments pour aller cueillir le mis en cause et le placer en garde à vue. Le supposé tueur a reconnu les faits et plaide l’excuse de provocation. Il indique que son oncle adepte de Bacchus a toujours menacé de mettre fin à ses jours.

Vieux Père NDIAYE (jotay.net)

Répondre à cet article