Accueil du site > Actualités > Des petits-fils de Maodo appellent les acteurs politiques à des (...)

Des petits-fils de Maodo appellent les acteurs politiques à des ’’concertations nationales’’ et demandent à WADE des éxcuses publics pour le zawiya

mercredi 22 février 2012

Les acteurs politiques, à commencer par le Chef de l’Etat, maître Abdoulaye Wade, doivent s’inspirer de l’exemple de Serigne Abdou Aziz Sy ‘’Dabakh’’ en vue de s’engager dans un dialogue pouvant déboucher à des ‘’concertations nationales’’ aptes à ramener la paix et la sécurité au Sénégal, ont déclaré, mercredi à Dakar, des petits-fils et arrières petits-fils de Seydi Elhadji Malick Sy.


Selon ces derniers qui donnaient une conférence de presse, il est plus que temps pour la classe politique, toutes tendances confondues, d’œuvrer ‘’pour le retour à un climat de sérénité et de dialogue afin de traverser paisiblement l’échéance électorale qui nous attend’’.

Après avoir rappelé les multiples médiations menées par l’un de leurs ancêtres Serigne Abdoul Aziz Sy ‘’Dabakh’’ dont l’une des démarches avait contribué à faire sortir de prison, au lendemain de la présidentielle de 1988, l’actuel Chef de l’Etat, les petits-fils de Maodo appellent Abdoulaye Wade ‘’à faire de même, en appelant à des concertations nationales, ouvertes à tous, dépassionnées pour pouvoir aboutir à des solutions’’.

Les petits-fils et arrières petits-fils de Seydi Elhadji Malick Sy ont, par ailleurs, appelé le président de la République ‘’à mettre au-dessus de tout, la préservation de l’intérêt national’’, car, a ajouté Elhadji Maodo Ibn Serigne Mbaye Sy, ‘’nous croyons que le peuple est fondamentalement souverain’’.

Plusieurs petits-fils, petites-filles et arrières-petits fils du saint homme de Tivaouane dont le constitutionnaliste, Mounirou Sy, et le leader du mouvement ‘’Bess Dou Niak’’, Serigne Mansour Sy Djamil ont assisté à la rencontre avec les journalistes tenue dans la maison du défunt Khalife général des tidjanes, Abdou Aziz Sy dit ‘’Dabakh’’, située à la Gueule Tapée.

Répondre à cet article