Accueil du site > Actualités > Détournement de deniers publics : Le Dg et le Daf de l’Adm arrêtés

Détournement de deniers publics : Le Dg et le Daf de l’Adm arrêtés

mercredi 30 mai 2012


Nos confrères de Libération révélaient que le président de la Commission des marchés de l’Agence de développement municipale (Adm), Abdoul Karim Diallo, avait été cueilli dans son bureau par les éléments de la Division des investigations criminelles (Dic) et présenté le même jour au juge du Deuxième cabinet.

La liste des arrestations s’est allongée ce mardi 29 mai avec l’interpellation du Directeur général Mouhamadou Kabir Sow, du Directeur administratif et financier, Cheikh Tidiane Sène, et du nommé Sidy Thiam, entrepreneur et Directeur technique de la société Soneis au moment des faits. C’est dans la matinée qu’ils ont été acheminés au siège de la Brigade des affaires générales de la Dic, en attendant d’être présentés au juge qui avait émis des mandats d’arrêt contre eux. Visés pour détournement de deniers publics, Mouhamadou Kabir Sow et Cheikh Tidiane Sène devraient, une fois devant le juge, manifester leur intention de consignation. Mais les choses sont plus compliquées pour le président de la Commission des marchés, visé aussi pour faux et usage de faux, ainsi que Sidy Thiam, soupçonnés de corruption dans un marché public. Libération a mis en lumière les faits qui ont conduit le Parquet, à la suite de la Dic, à retenir ces délits éventés par un rapport du groupement cabinet Monteil et Cie/Mamadou Barry de 2008, agissant pour le compte de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). Le marché d’un coût global de 23.067.036 F cfa, référence Bc 00.307 du 07/02/08, portait sur les travaux d’aménagement du siège de l’Adm. Il se trouve que le marché a été confié à la société Soneis Diaw et fils dans des conditions troublantes. Le cabinet d’audit, dès l’entame de son travail, a relevé que la société n’avait pas de Ninea (sic !). Mieux, comme pour maquiller un marché de gré à gré, les autorités de l’Adm ont remis aux auditeurs 5 devis qui auraient été présentés par les « concurrents » de Soneis. Mais, les vérifications ont montré que ces concurrents n’existaient pas. Qui pis est, dans leurs devis, les concurrents fantômes de Soneis n’ont précisé ni la durée de la validité de leur offre ni la durée des travaux. Pis encore, alors que le marché date de 2008, le bon de commande avait été établi depuis le 07/02/2007 et ne s’adossait à aucun contrat. De même, le marché sent à plein nez la surfacturation, puisqu’une enquête de l’auditeur a permis de découvrir qu’en réalité, les travaux ne pouvaient guère dépasser la barre des 16 millions de F cfa. Et il était difficile pour les auditeurs de constater l’effectivité des travaux pourtant grassement payés. C’est en enquêtant sur tous ces micmacs que la Dic a pu découvrir qu’il s’agissait d’une collusion manifeste entre les autorités de l’Adm et Soneis.

Répondre à cet article