Accueil du site > Actualités > Diatou Cissé Badiane : « La presse sénégalaise jouit quand même d’une grande (...)

Diatou Cissé Badiane : « La presse sénégalaise jouit quand même d’une grande liberté »

jeudi 3 mai 2012


La presse sénégalaise jouit d’une « grande liberté » comparée à celle d’autres pays du continent, a déclaré jeudi à Dakar, la secrétaire générale du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS) Diatou Cissé Badiane.

« Je pense qu’on peut être d’accord sur le constat suivant : la presse sénégalaise jouit quand même d’une grande liberté. Comparaison n’est pas raison, c’est vrai, mais si voyez ce qui se passe à côté en Gambie, je pense comme on le dit, il n’y a pas de comparaison possible », a-t-elle notamment indiqué.

Mme Badiane s’exprimait en marge de la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse portant sur le thème « Les nouvelles voix : la liberté des médias aide à transformer les sociétés ».

« Maintenant, cette liberté de la presse, elle est parfois menacée, elle est parfois violentée. Mais, je pense que ça, c’est dans l’ordre normal des choses. Nous faisons un métier qui ne plait pas toujours à tout le monde et il est normal qu’il y ait des mécontentements face à une production médiatique », a dit Diatou Cissé Badiane.

La SG du SYNPICS a estimé que le « plus important », c’est qu’au Sénégal, les journalistes ont « encore au moins la possibilité de titrer et d’écrire comme ils veulent ». Mme Badiane a cependant ajouté : « Maintenant, cela dit, toutes les libertés sont fragiles, sont précieuses et il faut en prendre soin ».

« La menace, ce n’est pas toujours les autres, elle peut venir aussi de nous. Lorsque nous avons des pratiques professionnelles qui sont en conflit entre l’éthique et la déontologie, lorsque nous perdons de la crédibilité, nous générons également une fragilité de la liberté de la presse », a-t-elle fait valoir.

Selon Mme Badiane, « il est temps que la liberté de la presse soit perçue non pas seulement en fonction des menaces exogènes venant des autres, mais également aux menaces endogènes liées un peu aux pratiques professionnelles ».

Répondre à cet article