Accueil du site > Actualités > ENRICHISSEMENT ILLICITE PRESUME : classement en l’état pour Diadji Ba et (...)

ENRICHISSEMENT ILLICITE PRESUME : classement en l’état pour Diadji Ba et Mamadou Diagne dit Doudou

mercredi 27 septembre 2017


Libérationrévèle enexclusivitéque leparquetspécialprèsla Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) a classé en l’état les dossiers de Diadji Ba et de Mamadou Diagne, mis en demeure pour enrichissementillicite présumé.

Diadji Ba peut pousser un ouf de soulagement. Mamadou Diagne dit Doudou aussi. Ces deux fonctionnaires avaient été mis en demeure pour enrichissement illicite à la suite d’une enquête pilotée par la Section de Recherches de Dakar. De suite,DiadjiBaquiétait à l’époque numéro 2 du Bureau de Dakar pétrole avait étémis en demeure de justifier un patrimoine présumé de 500 millions de FCfa.

Presque au même moment,Doudou Diagne qui était Directeur de l’Urbanisme sous Abdoulaye Wade devait, lui, s’expliquer sur un patrimoine qui serait estimé à 5 milliards de FCfa. Selon des informations sûres de Libération, le parquet spécial a décidé de classer en l’état les deux dossiers. Conséquence : ils n’ont pas été transmis à la Commission d’instructionde la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CI- CREI). Même si cette décision suggère qu’en cas de faits nou- veaux, les dossiers peuvent être réouverts.

Cette décision du reste très motivée du procureur spécial en bouchera un coin à ceux qui soutenaient que la CREI ne faisait qu’instruire à charge d’autant que Doudou Diagne par exemple était un fidèle de Oumar Sarr, ancien ministre de l’Habitat et numéro 2 du PDS aujourd’hui. Et il a exercé en même temps que Tahibou Ndiaye, l’ancien Directeur du Cadastre dont le dossier est pendant devant la Cour suprême.

Par ailleurs et contrairement aux informations qui ont circulé, le dossier de Abdoulaye Baldé n’a pas encore été bouclé. Les juges de la CI-CREI, chargés de l’instruction, ont quelque quatre mois encore devant eux après une énième prolongation. N’empêche, des sources croient savoir que l’instruction a presque fini de disculper en par- tie le maire de Ziguinchor no- tamment sur le cas de la société Delgas dont la paternité lui était imputée. A preuve, l’expert chargé de « fouiller » dans les mouvements des comptes de Delgas n’a perçu aucun lien ten- dant à jeter le doute sur l’impli- cation de Baldé dans le montage de cette boîte qui a décroché plusieurs marchés publics après avoir postulé, en toute transparence, suite à des appels d’offres.

Cheikh Mbacké Guissé - Libération

Répondre à cet article