Accueil du site > Politique > En conférence de presse : Wade demande aux nouveaux gouvernants d’arrêter les (...)

En conférence de presse : Wade demande aux nouveaux gouvernants d’arrêter les accusations contre ses anciens collaborateurs et lui(video)

vendredi 25 mai 2012


C’est toutes griffes dehors que le président de la République sortant a fait une sortie ce soir pour se prononcer sur la situation politique du Sénégal et, surtout, répondre aux accusations récurrentes de détournement, voire de pillage des ressources publiques par le défunt régime. " On n’a amené aucun mobilier du palais ", a-t-il martelé, si ce ne sont deux tableaux qu’il aurait empruntés à Mme Viviane Wade. Concernant les véhicules de la Présidence, Wade affirme avoir laissé à son successeur plus de 200 voitures. Ce sont les partisans du nouveau président qui auraient abusé ce dernier en lui faisant croire que le parc automobile de la présidence a été entièrement pillé. Il a vivement dénoncé les accusations dont sont victimes ses partisans et lui, en particulier Karim parce qu’il est " le fils du chef de l’Etat " sortant. Il est revenu sur la gestion de l’Anoci dans laquelle, selon lui, on ne parle pas d’Abdoulaye Baldé, alors qu’il en était le secrétaire exécutif et en gérait donc les fonds. Pour ce qui est des 400 milliards que ses partisans et lui auraient planqué dans des comptes à Dubaï et dans les Emirats, " cela n’a aucun sens ", s’est-il moqué. Bandant les muscles, Wade a rappelé la promesse que l’opposition avait lui faite en son temps de " rendre le pays ingouvernable ". Si cela a eu quelques incidences sur la marche de la nation, avec la complicité de forces occidentales, cela ne l’a nullement empêché de gouverner. En revanche, si lui, " le chef du parti le plus important du pays ", " le vieux routier ", peut bel et bien rendre ce pays ingouvernable. Mais son parti, le Parti démocratique sénégalais (Pds), est " respectueux du pouvoir et de la démocratie,(...) Je suis un homme de bonne volonté ", s’est-il défendu. Mais il faut que les partisans du nouveau président Macky Sall arrêtent les accusations " sans fondement ". Il propose un jury d’honneur devant lequel se pésenteraient tous ceux qui seraient susceptibles d’avoir versé dans des affaires illicites sous son magistère, lui compris, même si s’il a plusieurs fois son statut d’ancien chef de l’Etat qui le préserve de poursuites. Il demande à Macky Sall, qui l’a traité " avec déférence " durant la dernière campagne électorale et il souhaiterait que ce derniers arrêtent ses partisans. Il n’a pas manqué de demander un audit de tous les régimes qui se sont succédé depuis l’indépendance du Sénégal en 1960, Tanor Dieng et Moustapha Niasse, qu’il cite nommément dans des affaires nébuleuses, ne seraient pas blancs comme neige. Il n’a pas manqué, dans ses réponses à la presse, de jeter de gros pavés dans la mare de Pape Diop, le président du Sénat qu’il accuse de tous les maux. Ce dernier s’était fait la promesse de couler le Pds comme gage de son allégeance à Macky Sall, afin de se soustraire à d’éventuelles poursuites pour les affaires pas claires dans lesquelles il serait mêlé. C’est donc un Wade d’attaque qui nous est revenu pour sa première sortie officielle après sa débâcle du 25 mars dernier.

Répondre à cet article