Accueil du site > Actualités > Entrée des filles au Prytanée militaire : n’est pas du goût de certains hauts (...)

Entrée des filles au Prytanée militaire : n’est pas du goût de certains hauts gradés de l’armée, qui parlent de la féminisation de l’armée.

lundi 28 mai 2012

Les études pour le recrutement d’élèves filles au Prytanée militaire Charles N’Tchoréré sont terminées. Cependant, cette éventualité, n’est pas du goût de certains hauts gradés de l’armée, qui parlent de la féminisation de l’armée.


La sortie du colonel Gora Mbaye, commandant de l’école militaire Charles N’Tchoréré de Saint-Louis, arguant que « les études pour le recrutement des filles à l’école Prytanée militaire sont terminées et que la décision finale est maintenant entre les mains des autorités politiques », est diversement appréciée, au sein de l’armée. Selon un haut gradé, sous le sceau de l’anonymat, « cette éventualité, même s’il s’agit de différentes nationalités, va, sans nul doute, donner un coup dur à l’armée ». S’expliquant, avance-t-il que le nombre de filles militaires disponibles dans les camps militaires et autres garnisons à travers le pays commence à faire désordre. « Déjà, dans certaines zones, la cohabitation entre ces filles et les hommes posent problème. Il serait catastrophique si leur nombre va crescendo. Aujourd’hui, avec l’intégration des filles dans l’armée, le nombre de jeunes soldats réengagés, chaque année, ne cesse de diminuer et cela porte un sacré coup, concernant l’effectif dans les casernes et autres lieux d’interventions militaires, notamment, dans la partie méridionale du pays où les troupes ne cessent de déplorer le nombre réduit qui les expose d’une manière permanente au dangers, occasionnant souvent de pertes en vie humaine, suite aux offensives rebelles », précisera-t-il. A sa suite, un haut officier est d’avis qu’avec l’entrée des filles au Prytanée, l’aura de l’armée sénégalaise sera ainsi entachée, elle qui est sollicitée à travers le monde entier, dans des théâtres d’opérations. Pour ce dernier, le nombre déjà en place est largement suffisant. Pourtant, le colonel Gora Mbaye a invité les autorités étatiques à prendre des mesures préalables, avant de décider, surtout celles portant sur l’encadrement et des infrastructures adéquates adaptées pour les filles, tout en demandant que le recrutement se fasse à partir de la seconde. L’on se rappelle, les mois derniers, des filles militaires ont été, tout bonnement, radiées de l’armée, suite à des états de grossesses. De même que des officiers, accusés de les avoir mises dans cet état. Donc, c’est pour éviter de telles mésaventures, que des soldats, des gradés et même des hauts gradés, ont rejeté l’idée de l’entrée des filles au Prytanée militaire, un établissement d’enseignement secondaire sénégalais, établi à Saint-Louis, dépendant du Ministère des Forces armées. Chaque année, il reçoit 50 élèves, de seize nationalités différentes.

Répondre à cet article