Accueil du site > Sports > Equipe nationale : Le management de Koto en question

Equipe nationale : Le management de Koto en question

mercredi 12 septembre 2012


Comment comprendre la gestion qui a été faite du match Côte d’Ivoire-Sénégal et qui s’est soldé par un score de 4-2 ? Un match qui semblait pourtant dans la poche du Sénégal qui a plutôt pêché par un problème de management.

De la gestion des hommes justement, Issiar Dia s’en est ouvertement plaint, se demandant pourquoi sa mise à l’écart. Idem pour Demba Ba, Rémi Gomis qui ont été laissés sur la banc, sans que l’on comprenne réellement pourquoi.

Se pose dès lors la question de savoir si Koto a eu vraiment raison de vouloir opérer une mutation de l’équipe, en intégrant progressivement les jeunes. Si l’Espagne a réussi à faire de son équipe, la meilleure du monde, en s’appuyant sur le noyau dur Fc Barcelone, elle l’a fait avec des joueurs qui ont l’habitude de la haute compétition, de jouer ensemble, qui savent ce qu’est la pression et qui ont aussi beaucoup de talents, pris individuellement.

Dès lors si Koto a voulu faire un amalgame entre les, joueurs de l’équipe olympique et les anciens, la mayonnaise n’a pas pris, surtout en ce qui a concerné la gestion de l’avance sur la Côte d’Ivoire qui requiert de l’expérience.

La gestion qui a en tout cas été faite des hommes, lors de ce match, est révélatrice des problèmes de management certains et surtout de coaching.

Et l’on se demande si ce qui sont communément appelé « cadres », ne pourraient pas être tentés de bouder l’équipe nationale, à partir du moment où on compte plus sur les jeunes qui sont récemment arrivés au stade des quarts de finale, lors des jeux olympiques de Londres.

Mais Ce qui a surtout été sidérant, c’est le fait de voir Joseph Koto cloître sur son banc, la plupart du temps, tandis que l’autre côté, on pouvait noter un Lamouchi, debout presque tout le match durant. Visiblement, le stress n’était pas au rendez vous chez l’entraîneur sénégalais.

Une constante est toutefois à relever et qui consiste à dire que le collectif et la gestion des matchs, n’ont jamais été le fort de l’équipe nationale du Sénégal qui a bien souvent gagné grâce à des exploits individuels, dans un sport qu’on veut collectif.

Etre sélectionneur demande quelque génie, un génie qui relève à la fois du management et qui signifie : savant amalgame des hommes, gestion des ego et surtout pouvoir galvaniser ses troupes en ayant de l’ascendant psychologique sur les hommes.

Que Joseph Koto se ressaisisse avant qu’il ne soit trop tard. Il est aussi malvenu de s’agripper à un penalty pour lequel, l’appréciation de l’arbitre est déterminante. Les deux très beaux buts marqués par les Sénégalais, ne peuvent en aucun cas excuser les errements de l’équipe nationale. Il est peut-être temps qu’on rompe avec ce laxisme qui consiste à se retrancher dans son camp ou à se relâcher, à partir du moment où on mène au score, afin d’arriver à bâtir une équipe combative, rigoureuse et qui va jusqu’au bout de ses limites.

Nettali.net

Répondre à cet article