Accueil du site > Économie > Expansion industrielle : La Sedima investit 6 milliards dans une (...)

Expansion industrielle : La Sedima investit 6 milliards dans une minoterie

samedi 15 mars 2014


Le Sénégal vient de se doter d’une nouvelle minoterie. Cette usine installée à Rufisque a été mise sur pied par le groupe Sedima. Ce groupe dirigé par l’homme d’affaires Babacar Ngom plus connu dans le domaine avicole, veut s’investir plus à fond dans le domaine industriel. Selon le PDG du groupe, l’investissement de cette minoterie s’élève à 6 milliards de FCFA. Après avoir investi dans le secteur avicole, le groupe Sedima vient de se lancer dans la minoterie avec une nouvelle usine installée à Rufisque. Cette usine qui a démarré ses activités il y a trois semaines et dont le cout de l’investissement est estimé à 6 milliards de FCFA est présentée par le président directeur général (PDG) de Sedima, Babacar Ngom, comme la minoterie la plus moderne de l’Afrique de l’ouest. Selon lui le mobil de cet investissement repose « essentiellement sur la notion de souveraineté et de patriotisme économique ». « Nous avons pensé que dans ce secteur là il y avait de la place à prendre, et on a décidé d’investir 6 milliards pour faire cet outil qui devrait servir d’exemple à la jeunesse Sénégalaise afin qu’elle ose et ait une envie de prendre sa part et de revendiquer sa part dans tous les secteurs d’activités », a-t-il fait savoir. Interpellé sur le montage financier qui a permis à son entreprise de mettre sur pied cette industrie qui œuvre dans la production de farine de blé, M. Ngom soutient qu’il a fallu la confiance des partenaires aussi bien internes qu’externes pour réussir ce pari. « Il y a aussi nos propre moyens mis dedans », a-t-il ajouté. Selon M. Babacar Ngom, le groupe Sedima qui a fait ses preuves dans le domaine de l’aviculture est aujourd’hui dans la dynamique d’investir beaucoup plus dans le domaine industriel. « Dans le domaine avicole nous en sommes à un niveau de fierté, l’aviculture Sénégalaise est dans une rampe de croissance exceptionnelle ; c’est ca qui nous a donné le courage et l’envie d’aller toucher à autre chose », a-t-il déclaré. D’après le PDG dudit groupe, cette minoterie qui vient de générer une centaine d’emplois direct et indirect vise à aller encore plus loin avec le doublement de sa capacité de production. « Nous pensons doubler cette minoterie très rapidement parce que l’offre a été déjà déposée sur notre table. On est aujourd’hui à 250 tonnes d’écrasement et on va passer à 500 tonnes très rapidement », a-t-il informé. S’inscrivant dans une logique d’investir beaucoup plus dans l’industriel, M. Ngom informe qu’en plus de cette minoterie le même site va accueillir une usine d’aliments de bétail. Interrogé sur le marché visé par cette nouvelle minoterie, M. Ngom estime que la capacité de production de l’usine est encore moyenne. Il fait sa priorité de son installation au niveau national d’abord avant de viser la sous-région. L’homme d’affaire voit également dans la mise sur pied de cette nouvelle minoterie une possibilité de régulation du prix de la farine, voire une baisse du prix. « L’année dernière le sac de farine était à 20.000 FCFA et il y avait des ristournes que les opérateurs appliquaient, de 2%. Dés qu’ils nous ont senti venir, la ristourne est passée à 7,5% ; ca veut dire qu’aujourd’hui les distributeurs et les consommateurs payent la farine moins cher et c’est une source de fierté », a-t-il conclu.

Par Dieynaba Kane (Le quotidien).

Répondre à cet article

2303 Messages de forum