Accueil du site > International > Fanny, la soeur de Barthelemy Dias écrabouille Me Babou

Fanny, la soeur de Barthelemy Dias écrabouille Me Babou

vendredi 18 mai 2012


Maître BABOU, un peu de dignité !

« A l’heure actuelle, je ne veux plus être député, il faut savoir dépasser des étapes »

Il ne s’agit pas pour vous de ne plus VOULOIR être député, mais plutôt d’avoir l’honnêteté intellectuelle de reconnaitre ne plus POUVOIR être député. En effet, vous n’avez pas la représentativité à cet effet. Vous étiez un élu du PDS, parti qui nous a servi en 12 ans toutes les incompétences que le Sénégal avait en stock. Le peuple sénégalais a fait désormais le choix du progrès et nous voulons regarder l’avenir de notre pays avec espoir.

Votre futur parti politique qui devrait avoir pour nom « l’Alliance pour l’Alternance », soit ALAL, constitue encore une de vos inepties. Sachez que l’alternance véritable s’est faite au soir du 25 Mars 2012 et qu’il vous faudra attendre 5 nouvelles années avant d’envisager un éventuel retour de balancier. Sauf à ce que vous ayez la volonté de nous servir un de vos subterfuges pour vous attirer les bonnes grâces du nouveau pouvoir. Lorsque l’on voit que les initiales de votre futur parti politique sont ALAL, autrement dit rien d’autre que la traduction du mot ARGENT en wolof, l’on comprend des lors que vous ne soyez animé que par des considérations purement matérialistes, vénales et que vous cherchiez une fois de plus à vous approprier de manière indue l’argent de notre pays. Vous êtes d’une autre ère, et sachez que la jeunesse sénégalaise à laquelle nous appartenons ne permettra plus que des individus de votre profil pillent nos ressources.

Lorsque vous vous gargarisez de mots à propos de l’investiture de Monsieur Barthélémy DIAS sur les listes de la coalition BENNO BOKK YAKAAR, pour vous en offusquer, permettez moi de soulever ma plume et de vous renvoyer à vos manuels de 2nd année d’études de DROIT, puisque dit-on de vous que vous êtes avocat. Force est de constater que vous ignorez tout des basiques de la formation juridique. Savez-vous, Maître, que Barthélémy DIAS est en détention préventive, qu’une enquête est en cours, que vos dires selon lesquels « s’il était élu, il bénéficierait d’une immunité parlementaire et que la justice ne pourrait plus faire son travail » constituent des propos fallacieux, de pures contre vérités ?

Alors, 2 options en ce qui vous concerne : soit vous êtes d’une malhonnêteté intellectuelle notoire, soit vous êtes d’une incompétence effrayante. Il me semble que les 2 options s’appliquent dans votre cas d’espèce, mais pour le moment je n’étayerai que la 2nd option.

Dans quelle faculté de Droit, vous aurait-on enseigné, que l’immunité parlementaire couvrirait des faits antérieurs à son entrée en vigueur ? Savez-vous que si Barthélémy DIAS était élu député à l’Assemblée Nationale, son immunité parlementaire couvrirait uniquement la période de son mandat et n’aurait en aucun cas un effet rétroactif ? Le débat ne porte pas sur une question d’immunité parlementaire mais de valeurs morales et éthiques. Doit-on vous rappeler que tous les citoyens sont égaux devant la loi et que si toutefois, un élu du peuple se trouvait en situation d’être attrait devant la justice, cette dernière aurait les moyens d’une saisine de l’Assemblée Nationale aux fins d’obtenir une levée de son immunité parlementaire ?

NON, les futurs élus du peuple ne seront pas au dessus des lois, tel que cela a été le cas lorsque votre régime arrogant était au pouvoir avant de se faire balayer au soir du 25 Mars 2012, date historique pour la jeunesse que nous sommes. Le Peuple c’est nous, et nous saurons rester vigilants.

Si vous étiez le Président de la Commission des lois de l’Assemblée Nationale de notre pays, avec un niveau de maitrise des fondamentaux du DROIT aussi pitoyable, l’on comprend dès lors mieux les raisons pour lesquelles, l’Assemblée Nationale a accueilli des projets de lois aussi effarants que celui que vous avez voulu faire passer au forceps en tentant de modifier la Constitution le 23 juin 2011.

Pour ce qui est de Monsieur Barthélémy DIAS, il ne s’agit pas de « faire de lui un député ». Il est question d’élire un honnête citoyen sénégalais, digne fils du Pays, qui a activement participé, au prix de sa liberté, à libérer le Sénégal du fléau que constituait votre régime. De par sa position de Secrétaire National des Jeunesses Socialistes, il est éligible selon les règles de son parti. Le choix consiste donc à permettre à ce compatriote de représenter, à l’Assemblée Nationale, les nombreux sénégalais qui se reconnaissent dans le combat qu’il a mené et qui sont majoritaires dans notre pays. Il s’agit de nous représenter, nous la JEUNESSE.

La Jeunesse sénégalaise constitue la majorité de notre peuple, par conséquent, Barthélémy DIAS est de loin plus représentatif que vous à l’Assemblée Nationale. S’il se présentait seul pour les élections législatives, nul doute qu’il se ferait élire, ce qui n’est pas votre cas.

Nous comprenons votre désarroi depuis que vous avez été balayé des allées du pouvoir. En revanche, votre acharnement sur la personne de Barthélémy DIAS, lequel n’est pas en situation de vous apporter la réplique, a des relents de jalousie de bas étage, d’un manque de dignité notoire et constitue un acte lâche. Vous en êtes réduit à envier l’éventuelle élection d’un vaillant fils du pays, qui se trouve sans doute être de la génération de vos enfants.

Barthélémy, lui est représentatif, il n’a usurpé la place de personne ou bénéficié d’une quelconque largesse pour être investi. Cette investiture est l’unique fruit de son labeur.

Par ailleurs, vous n’êtes pas sans savoir, que tout candidat à l’investiture se doit de remplir un dossier au préalable. Barthélémy DIAS a rempli le sien en bonne et due forme et en conformité avec les règles pénitentiaires et judiciaires. Tout ceci pour vous indiquer que vous avez raté une belle occasion de vous taire, d’autant que le dossier judiciaire suit son cours et que nul n’attend de vous que vous amusiez la galerie. L’heure est au travail, Maître, pour redresser notre Pays que vous avez mis à genoux à tout point de vue.

Je ne saurais terminer sans vous interpeler sur votre passé, vous qui semblez si bien connaitre les crimes et délits.

Lorsque comme vous, avant de devenir péniblement avocat stagiaire à l’âge de 35 ans, l’on a appartenu au corps de la Police nationale, que l’on en aurait été radié, il parait de bon ton de faire preuve de retenue, de profil bas, d’évoquer son propre cas, de s’en repentir et d’éviter de s’appesantir sur le cas d’un honorable citoyen. Barthélémy DIAS, élu des populations, agressé dans sa mairie par des nervis envoyés par votre régime, a défendu l’institution de la République qu’il représente avec un COURAGE qui force le respect.

En revanche pour ce qui vous concerne, ceux qui vous ont connu lorsque vous étiez officier de police évoquent des faits peu reluisants que vous auriez commis. Et l’on se demande les raisons pour lesquelles vous n’aviez pas laissé la justice faire son travail à l’époque.

En tout état de cause, ce n’est certainement pas Barthélémy DIAS, qui aurait heurté mortellement un gendarme, ni blessé grièvement 3 autres personnes sous l’emprise de l’alcool, après une soirée de grande beuverie. Il n’a jamais bénéficié non plus, de l’intervention d’un ministre qui l’aurait soustrait des Assises après un évènement d’une telle gravité.

Apres avoir brouté « l’herbe verte » du PS, longtemps au pouvoir, vous vous êtes empressé à la veille de l’an 2000 de chanter les louanges du leader de l’AFP, avant de trahir ce dernier, pour venir ensuite vous prosterner aux pieds de l’ancien Président Wade, donnant ainsi une « peur bleue » au peuple sénégalais avec votre projet de loi absurde visant à modifier la Constitution le 23 juin 2011. Vous voilà désormais sous la bannière de votre parti virtuel, tentant une énième séduction de l’APR sans doute cette fois, afin de « labourer la terre marron et or ». Espérons que nos nouveaux dirigeants sauront nous épargner la face hideuse que vous nous avez servie tant au propre qu’au figuré au cours de ces 12 dernières années.

Maître, lorsque comme vous l’on traine des casseroles assourdissantes, que l’on a cartouché en histoire géographie, puis en faculté de Droit, que l’on est devenu avocat stagiaire péniblement à l’âge de 35 ans, âge auquel nous avions déjà à notre actif une dizaine d’années d’expérience professionnelle, que l’on a souvent pris les femmes pour des punching ball, que l’on a attendu son énième ménage pour avouer s’être mis enfin à prier… les règles de la décence commandent que vous nous épargniez toutes vos théories sur l’éthique Républicaine. Vous n’avez aucune légitimité pour évoquer l’investiture de Barthélémy DIAS, parce que vous n’en avez ni la compétence juridique, et encore moins la légitimité en terme de valeurs morales.

La jeunesse que nous constituons, a besoin de jeunes dignes, courageux, engagés, honnêtes, désintéressés, élus du peuple, et en aucun cas de personnes de petite vertu, toujours prêtes à aller brouter là ou l’herbe est plus grasse. Maître, vous êtes l’exemple même de ce qu’il ne faut pas être.

Il semble que ce soit trop vous demander que de faire preuve de DIGNITE, mais enfin faites l’effort une fois dans votre vie de rester DIGNE !

Mme Fanny DIAS

Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de PARIS (Sciences PO)

Maitrise de Droit Privé - DEA de Droit Social

Université PARIS II – PANTHEON ASSAS

Répondre à cet article

51 Messages de forum