Accueil du site > Sports > Can 2010 > ICONE MAGAZINE : Pourquoi notre combat contre El Malick Seck (...)

ICONE MAGAZINE : Pourquoi notre combat contre El Malick Seck ?

jeudi 29 mars 2012


Nous ne nous considérons pas comme Zorro, bien que ce sobriquet nous soit collé, pendant notre adolescence, parce que tout simplement nous nous appelons Mansour. Et qui dit Mansour dit parfois Sora et finalement Zorro. Nous nous sommes accommodé de ce sobriquet jusqu’à l’âge de 20 ans, âge auquel nous avons imposé notre Mansour, tant bien que mal.

Nous ne nous considérons pas non plus comme le loup blanc, décidé à combattre l’injustice dans laquelle se déploient la veuve et l’orpheline. Nous sommes simplement outrés par le comportement d’un individu abject, qui trouve son plaisir dans le plaisir que lui procure le besoin de détruire l’homme, la famille, la société en quelque sorte. Nous n’avons pas l’habitude de mener de petits combats. Mais ce combat-ci, si petit soit-il, car nous opposant à du menu fretin qui ne mérite qu’indifférence et ignorance, nous sommes obligés de le mener. Notre position aujourd’hui est celle d’un homme indigné par tant de haine et de méchanceté. Nous ne verserons pas dans le dénigrement facile et sans cause, encore moins dans le débat de caniveau, car notre éducation et notre responsabilité ne nous le permettent pas. Mais si on nous y oblige, nous ne répondrons de rien… !

El Malick a attaqué gratuitement des innocents, détruit nonchalamment des individus et des familles sans être inquiété. Car la majeure partie de ses cibles ont la trouille de porter plainte ou se réfugient dans la peur, semble-t-il, à cause de sa « capacité de nuisance » : Nous, on s’en fout royalement, car il faut que quelqu’un se sacrifie pour les autres. Et nous sommes prêts à le faire. C’est un truisme de dire que El Malick Seck est une ordure, un être infect et nous savons ce qui nous attend. Nous savons qu’il va s’échiner à nous traîner dans la boue, en nous traitant de tous les noms d’oiseaux. Certains de nos proches, qui sont certainement des trouillards patentés, ont commencé à trembler comme des feuilles caressées par la « brise » de Pa Wade, dès qu’ils ont eu vent de ma décision de « liquider » le monstre.

Mais nous allons aider El Malick dans son éventuelle entreprise de dénigrement gratuit et en profiter pour briser l’effet prisme de ses prochaines « révélations ». Alors qu’est-ce qu’il va dire ? Il va certainement dire que Mansour Dieng est un homosexuel. Mais c’est raté car il s’y est déjà essayé en « fomentant » une interview imaginaire qu’il a lui-même écrite et présentée comme des révélations du célèbre homosexuel Pape Mbaye, aujourd’hui réfugié aux USA. Il va, peut-être, nous traiter de pédophile, de violeur ou d’assassin, de trafiquant de drogue. Ça aussi, il va falloir qu’il le prouve, car nous ne faisons pas encore l’objet d’une plainte ou d’accusations concernant ces délits.

De corrompu ? Il va devoir débusquer et présenter notre prétendu ou virtuel corrupteur. Il a été investi récemment, dans l’entre-deux tours de l’élection présidentielle 2012, d’une mission dont le but était de détruire un candidat qui, finalement, s’en est sorti haut la main. Il a été à Dakar, pendant 48 heures dans un hôtel de la place, rien que pour ce « travail ». El Malick s’est attaqué à des amis et les gens innocents. Il va le payer ! Et chèrement. Nous connaissons les bailleurs qui lui permettent de se mettre à l’aise pour jouer au flibustier, mais pour le moment, nous avons décidé de taire leurs noms pour des questions de stratégie et rien d’autre. Dans ce combat, notre destin n’est pas comme celui d’Icare, car El Malick est loin d’être un soleil, il symbolise plutôt …

Le combat contre El Malick est certes un petit combat qui ne mérite certainement pas une bataille. Mais il vaut, quand même, quelques coups d’épée.

Mansour Dieng

Répondre à cet article