Accueil du site > Politique > Ibrahima Sall rompt avec Serigne Modou Kara

Ibrahima Sall rompt avec Serigne Modou Kara

lundi 4 août 2008

Face aux réalités du moment, il faut s’adapter ou périr. C’est la conviction du politicien économiste Cheikh Ibrahima Sall. Il vient de mettre sur les fonts baptismaux une nouvelle formation politique qu’il veut plus proche d’un syndicat : le Model.


Non seulement Ibrahima Sall sonne la rupture, mais il annonce le renouveau. Le transfuge du Parti pour la vérité et le développement (Pvd) de Serigne Modou Kara justifie ainsi la naissance de sa nouvelle formation politique : ‘Las d’être des spectateurs subjugués par les vaudevilles politiques, le Mouvement pour la démocratie et les libertés (Model) se veut une force nouvelle, citoyenne et politique par nécessité’.

Dans une lettre adressée aux Sénégalais et intitulée : ‘Toujours servir la Nation pour le bien-être de tous les Sénégalais’, Ibrahima Sall précise que le Model n’est pas une formation politique de plus. ‘C’est le mouvement de l’espérance’, a-t-il dit. ‘Notre parti, votre parti ne veut pas être un groupement d’intérêt politique (Gip), il se veut le syndicat du peuple et son serviteur’, ajoute-t-il. A l’en croire, cela est tout à fait possible puisque les membres fondateurs de cette toute nouvelle formation politique ne font pas de la politique un moyen de vivre, d’exploitation, d’ambition ou de compromission.

Selon le nouveau chef de parti, le Model est composé de citoyens intègres, compétents et ouverts et ses inspirateurs qui sont ‘peu politiques’, sont des chefs d’entreprise, des intellectuels, des cadres, des sportifs ou encore des employés. Ils proposent un cadre qui permettra concrètement de sortir le Sénégal de l’impasse. Pour lui, on est sur le fil du rasoir et ‘le Sénégal notre cher pays a besoin d’un avenir’.

Ibrahima Sall pense que les péripéties agitées de notre histoire politique ont fait succomber dans les abus, les troubles et les déviances nos rêves de développement. D’après le politicien doublé d’un économiste, face à la nouvelle donne économique marquée par l’inflation mondiale, ‘notre pays doit se réformer ou se briser’. C’est donc, de son point de vue, une nouvelle génération d’hommes politiques, celle qui est née avec l’indépendance de notre pays, qui ‘se doit en votre compagnie de réinventer un Sénégal nouveau’.

Il estime que la nouvelle génération d’hommes politiques a besoin d’audace pour opérer un changement radical. Dans cette mission consistant à renouveler le Sénégal, il faut certes offrir plus de chance à tout le monde, mais il faut aussi demander une plus grande responsabilité à chacun. Il croit qu’il faut aussi ‘revitaliser notre démocratie, restaurer toutes les libertés : liberté de s’exprimer sans entrave, liberté d’entreprendre et de jouir de sa production entre autres’. Le Model propose, par ailleurs, de moderniser la gouvernance étatique tout en combattant sans relâche la corruption.

Pour cette nouvelle formation politique, l’homme politique doit être capable par sa seule compétence de faire face aux défis d’un monde de type nouveau. Mieux, pour le Model, l’Etat ne doit plus être un conglomérat administratif, encore moins un butin que l’on se partage à l’aune de nos accointances. Aux yeux de Cheikh Ibrahima Sall et de ses camarades, l’Etat est, actuellement, une entité transnationale qui doit certes jouer son rôle et garder sa souveraineté, mais aussi s’adapter ou être soumis aux lois implacables du marché international. Il ne doit plus s’opposer à l’entreprise.

De leur point de vue, ‘le premier doit favoriser la création de la richesse et la seconde, aider à mieux la répartir par la création d’emplois, et la lutte contre les inégalités. Restructurer l’économie dans son ensemble, l’agriculture, les services et l’industrie en particulier, assurer la cohésion sociale et restaurer nos valeurs d’honneur et de probité’. C’est, en substance, le contrat que le Model propose au peuple sénégalais. Une formation politique qui estime que l’effort doit être la loi et qu’on ne doit plus laisser ‘nos destins à la merci des vendeurs de sable’.

Source : WALF

Répondre à cet article

1021 Messages de forum