Accueil du site > International > Il la convoque tard dans la nuit au Camp alpha Yaya : Dadis Camara harcèle (...)

Il la convoque tard dans la nuit au Camp alpha Yaya : Dadis Camara harcèle Cécile Sow

jeudi 22 octobre 2009

Avis aux reportères. Si le chef de la junte militaire à Conakry, le capitaine Moussa Dadis Camara vous convoque à 2 h du mat’ pour un entretien, mieux vaut ne pas y aller ou alors s’en­tourer de prudence. L’un des risques est d’être importunée ou demandée en... mariage ! L’envoyée spéciale de Jeune Afrique, Cécile Sow en a fait l’amère expérience...


BMP - 127.7 ko
cecilesow

Depuis quelque temps, la rumeur circulait. Toutefois, l’on se disait que c’était un peu trop pour être vrai. Hélas, c’est la réalité. Le chef de la junte guinéenne, Moussa Dadis Camara aurait harcelé une reportère. Et c’est l’hebdomadaire Jeune Afrique qui confirme l’information puisque la victime n’est personne d’autre que sa correspondante à Dakar, Cécile Sow, dépêchée à Conakry pour un reportage.

D’après l’éditorialiste François Soudan qui a signé dans le JA numéro double 2545-2546 paru ce lundi, sa consoeur Cécile Sow a été « reçue après minuit au camp Alpha-Yaya par un président pieds nus et en bermuda, attirée dans sa chambre, importunée, demandée en mariage, harcelée au téléphone après son retour au Sénégal par un capitaine tour à tour transi et menaçant : « Dadis t’aime. Dadis te veut, tu me rends fou, viens me rejoindre, je te donnerai tout », puis traitée de « très méchante » quand elle lui eut, une fois pour toutes, signifié de ne plus insister. » D’après des sources, tout est parti de l’entretien que le chef des rebelles a accordé à la journaliste. Il était prévu nous souligne-t-on, « que Cécile revienne pour faire un reportage au camp. Et une soirée aux environs de 1h passée, le capi­taine Dadis a téléphoné à la femme pour lui demander de venir. Il se verra opposer un niet. Frustré, il enverra des militaires la chercher à son hôtel. Arrivée, on la fera passer par une porte dérobée donnant directement à sa chambre. »

Mieux, nous renseignent des sources, le président autopro­clamé a pris sa victime par le poignet. Heureusement que cette dernière a tenté de le convaincre après moult résistances. Com­ment Sow est-elle parvenue à convaincre ce président ? « Motus et bouche cousue. » Tout ce qu’on sait, c’est qu’il avait deux com­plices à ses côtés.

Par ailleurs, Dadis aurait même proposé des faveurs du genre frais d’hôtel, véhicule à la dame.

Jointe au téléphone, Cécile Sow refuse d’aborder ce sujet ta­bou. Seulement, elle s’est conten­tée de nous servir, « c’est une chose qui m’a marquée bien que je me sois remise. Je ne veux pas revenir sur cette sordide histoire. J’ai avisé ma direction parce qu’il le fallait. Mais, je ne veux pas m’étancher là-dessus puisque c’est une affaire de chef d’Etat. »

PROFIL : CECILE SOW, JOURNALISTE

Ce qui en elle a séduit le capitaine

Quinze années d’expérience, c’est le parcours de Cécile Sow. Cette spé­cialiste de l’Afrique a fait beaucoup de zones de guerre, dont la Guinée-­Bissau du temps de l’assassinat du président Nino Vieira.

Au magazine panafricain Jeune Afrique dont elle est la correspondante au Sénégal, en Guinée et Guinée-Bissau, la dame n’a fait que trois ans. Ce, après des passages aux radios 7 Fm et Nostalgie, « elle a été la première femme rédactrice en chef d’une radio privée au Sénégal à 7 Fm en 99. » Ses études, la fille de l’ancien directeur de la Banque Usb les a faites au Canada.

Avant le journalisme, Cécile Sow a embrassé la religion d’Haïlé Sélassié, Des années durant, cette belle créature à la taille moyenne a été la bassiste du mythique groupe de raggac African Reggae Roots Ambassador (Arra). « Une excellente musicienne aux dons particuliers de manier sa guitare avec ses locks », se souvient un de ses fans qui la vu à l’oeuvre à maintes reprises. Sa profession l’aura emportée sur sa passion, puisque l’artiste a arrêté la musique depuis dix ans. Mieux, nous indique-t-on, cette divorcée et mère d’une petite fille a changé de style, « elle n’a plus les jean et Lacoste dont elle nous avait habitués. Maintenant, Cécile est plutôt en tenue tradi­tionnelle. » Toutefois, à 39 ans ; elle ne passe pas inaperçue. Ses traits fins hérités de ses ascendances peulhes et son teint clair font qu’elle séduit au premier regard. Ses proches confient qu’elle est discrète, ce que nous avons vérifié à nos dépens. Au bout du fil, elle supplié : « Svp ne sortez pas ma photo. Je veux rester effacée. »

« Elle est très belle », insiste une de ses connaissances. On comprend alors pourquoi certains hommes s’intéressent à elle. Dadis Camara, le Guinéen, fait partie d’eux. Après la musique, Sow s’est tournée du côté du sport. Elle pratique le karaté. Cet art martial qui forge le caractère pour éventuelle­ment résister aux assiduités d’un chef de junte. Qui plus est, témoigne Mamadou Pascal Wane de Walf Sports, « elle est d’une forte personnalité. Ce qui ne l’empêche pas d’être une sympa et rigoureuse journaliste. »

Nd. A. LO Source Walf Grand Place

Répondre à cet article

1 Message