Accueil du site > Sports > Insécurité à Abidjan : la FSF pourrait demander la délocalisation de son match (...)

Insécurité à Abidjan : la FSF pourrait demander la délocalisation de son match contre les Eléphants

dimanche 19 août 2012

Le Sénégal, qui rencontre dans trois semaines à Abidjan (Côte d’Ivoire) l’équipe ivoirienne de football en match qualificatif pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2013), pourrait demander la délocalisation de cette rencontre ‘’si la situation d’insécurité’’ dans ce pays ‘’persiste’’, a annoncé Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football (FSF).


‘’C’est claire que si la [situation] persiste, nous demanderons la délocalisation du match. S’il y a un problème d’insécurité notoire à un moment ou à un autre, la question se posera et on va bien argumenter’’, a affirmé Me Senghor dans l’édition de samedi du journal sportif Stades.

Depuis plusieurs semaines, Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire et ses environs, tout comme la partie ouest du pays, connaissent une recrudescence de violences, ce qui nourrit les craintes du président de la FSF, à moins d’un mois du match éliminatoire prévu le 8 septembre.

‘’La CAF (La Confédération africaine de football) elle-même ne laissera pas passer cette situation, d’autant plus que les acteurs du football pourraient être menacés dans leur vie ou dans leur intégrité physique, dans le cadre d’un match international de football. Ça, c’est clair’’, a-t-il soutenu.

Me Senghor relativise toutefois, estimant qu’il est ‘’encore très prématuré de parler de situation d’insécurité totale’’ en Côte d’Ivoire.

‘’Nous sommes en phase de collecte des informations et pour le moment, on ne peut s’alarmer outre mesure’’, a-t-il affirmé, ajoutant qu’’’il faudrait que cela atteigne un point qui nécessite des mesures, pour que ça (la délocalisation) arrive’’.

‘’Toujours est-il que pour le moment, on est en phase d’observation […]. D’ici à la semaine prochaine, nous serons davantage édifiés et, s’il y a des dispositions à prendre, nous les prendrons’’, a-t-il assuré.

Répondre à cet article