Accueil du site > Société > Kaolack : la Cour d’Assises confirme les travaux forcés à perpétuité pour une (...)

Kaolack : la Cour d’Assises confirme les travaux forcés à perpétuité pour une bande d’agresseurs

mercredi 8 décembre 2010

La Cour d’Assises de Kaolack, statuant sur un dossier d’appel, a confirmé lundi le jugement rendu le 21 novembre 2009 par la Cour d’Assises de Dakar qui avait condamné une bande d’agresseurs à la peine des travavaux forcés à perpétuité.


Yatma Diop, 40 ans, Assane Fall, 31 ans, Elimane Racine Ly, 27 ans, et Ibrahima Dia dit Ngatté, 36 ans, sont accusés d’association de malfaiteurs et de vols multiples en réunions avec violences.

Selon l’enquête, le 21 octobre 2000, vers 19 heures, à Grand Yoff (Dakar), ils avaient agressé et poignardé mortellement au dos, le nommé Mohamed Rodriguez Diémé qui conduisait une mobylette.

Le crime accompli, ils s’étaient ensuite emparés de l’engin de la victime avant de le vendre.

Outrés par ce crime, les habitants du quartier avaient alors tenté de lyncher Yatma. Celui-ci avait en effet été aperçu à bord de la mobylette volée. Quant à Assane et Honoré Mendy, ils n’avaient dû leur salut que grâce à l’intervention de la Police.

A la barre, les accusés ont voulu nier les faits mais grâce la perspicacité de l’avocat général, Me Issa Ndiaye, et la subtilité des assesseurs, Ibrahima Dia a fini par craquer et dire la vérité.

De l’association au mode opératoire de leur gang, il a tout décrit, se gardant toutefois de reconnaître l’utilisation des armes citées (couteau et pistolet artisanal) et de désigner le meurtrier qui serait parmi les autres personnes non impliquées dans cette affaire ou ayant bénéficié d’un non lieu. Au total, mis à part Yama, ils ont avoué avoir commis pas moins de huit agressions.

Selon l’avocat général, la Cour d’Assises de Dakar a dit le droit. En conséquence, il a requis la confirmation de sa décision, demandant à la juridiction la condamnation des accusés aux travaux forcés à perpétuité.

Quant aux avocats de la défense, ils ont tous demandé l’infirmation de la décision de la Cour d’Assises de Dakar et plaidé l’acquittement de leurs clients.

Il n’y a pas d’éléments de preuve de l’agression, ni du coup mortel, si ce ne sont des supputations, ont-ils fait valoir.

La Cour, convaincue cependant de la culpabilité du crime d’association de malfaiteurs, a, dans son verdict, confirmé le jugement déjà rendu et renvoyé les accusés en prison.

Le président Mamadou Guèye avait également déclaré irrecevable l’exception de nullité soulevée au départ par Me So.

Source : APS

Répondre à cet article