Accueil du site > Actualités > L’Eglise appelle les nouvelles autorités à s’investir dans le règlement du (...)

L’Eglise appelle les nouvelles autorités à s’investir dans le règlement du conflit en Casamance

lundi 28 mai 2012


L’évêque de Kaolack (centre), Monseigneur Benjamin Ndiaye, a appelé les nouvelles autorités politiques sénégalaises à ne ménager ne ménager aucun effort, pour que la Casamance retrouve définitivement la paix.

"Nous invitons les nouvelles autorités de ce pays à ne ménager aucun effort pour qu’enfin advienne la paix en Casamance’’, a dit Monseigneur Ndiaye lors de la cérémonie officielle de la 124e édition du pèlerinage marial de Popenguine (ouest).

‘’Nous invitons tous les fidèles chrétiens et tous les croyants de ce pays à redoubler d’efforts dans la prière, en faveur de la paix au sud du pays", a-t-il encore dit, parlant au nom du cardinal Théodore Adrien Sarr.

L’évêque de Kaolack a pensé aux paysans qui préparent la saison des pluies.

"Notre prière, aujourd’hui, s’élève pour un bon hivernage, qui récompensera les efforts de nos frères et sœurs paysans et améliorera la vie économique du Sénégal tout entier", a-t-il affirmé lors de cette cérémonie qui a marqué la fin de la 124èmé édition du pèlerinage marial, célébré depuis samedi.

Aussi a-t-il évoqué les difficultés que connaît le système éducatif sénégalais, qui a connu plusieurs mois de grève cette année.

"Comment ignorer les difficultés de l’école sénégalaise ?", a interrogé Monseigneur Benjamin Ndiaye, qui a invité le gouvernement, les syndicats d’enseignants et els autres acteurs du système éducatif privilégier l’intérêt des élèves, dans les relations des uns avec les autres.

Aussi a-t-il remercié les délégations de fidèles musulmans venues à Popenguine.

"L’Eglise ne cessera jamais de promouvoir le dialogue [entre chrétiens et musulmans] comme attitude spirituelle et sociale, afin que les croyants s’efforcent toujours de travailler de mieux en mieux ensemble, par exemple dans des associations orientées vers la paix et la justice, dans un esprit de confiance et d’entraide’’, a-t-il affirmé.

‘’Que Dieu nous donne ainsi d’être toujours artisans de sa paix et des porteurs de son amour’’, a souhaité l’évêque de Kaolack, qui s’exprimait en présence du ministre de l’Intérieur Mbaye Ndiaye.

"S’il ne fait aucun doute que la construction d’un ordre social juste relève de la compétence de la sphère politique, il n’en demeure pas moins vrai que l’une des tâches de l’Eglise, partout dans le monde, consiste à former des consciences droites et réceptives aux exigences de la vérité, de la justice et de la solidarité’’, a-t-il souligné.

Il encore souhaité qu’au Sénégal et ailleurs ‘’grandissent des hommes et des femmes responsables, consciencieux et capables de bâtir un ordre social juste, grâce à leur conduite personnelle et à leur conduite des affaires publiques".

‘’L’Eglise n’a pas de solutions techniques à offrir’’ pour la résolution des maux qui affectent le Sénégal ‘’et ne prétend aucunement s’immiscer dans la politique des Etats’’, a précisé Monseigneur Ndiaye.

Le gouvernement veillera à la satisfaction des doléances du comité d’organisation du pèlerinage, à savoir le bitumage de la route Sindia-Popenguine, la construction d’un château d’eau et la mise en œuvre d’un plan d’assainissement à Popenguine, a assuré le ministre de l’Intérieur Mbaye Ndiaye.

Ces doléances seront l’objet d’une attention particulière du gouvernement, a promis M. Ndiaye, qui conduisait la délégation gouvernementale à Popenguine.

"Pour ce qui concerne le pèlerinage marial, les orientations du chef de l’Etat seront suivies à la lettre", a affirmé M. Ndiaye.

Il a souhaité, lui aussi, que le Sénégal connaisse cette année ‘’une campagne agricole florissante’’, ce qui sera pour le pays ‘’un gage de développement économique et de stabilité sociale".

aps

Répondre à cet article