Accueil du site > Actualités > L’ambassade américaine transférée aux Almadies le 5 mars

L’ambassade américaine transférée aux Almadies le 5 mars

mardi 19 février 2013


L’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Dakar annonce le « transfert définitif’’ de ses services et agences aux Almadies, à compter du 5 mars prochain, à l’exception des bureaux affectés au Corps de la paix américain qui »resteront à leur adresse actuelle".

A partir de la date indiquée, « tout le personnel et tous les services de la mission diplomatique américaine au Sénégal se retrouveront dans un même espace : les services consulaires (demande de visas et services destinés aux citoyens américains), le bureau des ressources humaines ; le centre de ressources et d’information, le service Education advising, les bureaux de l’USAID, ceux de la coopération militaire, etc. », rapporte un communiqué transmis vendredi à l’APS.

Durant la période couvrant ce déménagement, ajoute-t-il, « les services de ses agences seront suspendus du jeudi 21 février au vendredi 1er mars ».

« La section consulaire va cependant partiellement réouvrir ses services le mardi 26 février, uniquement sur rendez-vous. Le Centre de ressources va arrêter ses services à partir du vendredi 15 février. La reprise de tous les services, y compris ceux consulaires, sera effective le lundi 4 mars 2013 à partir de 8 heures », précise cette source.

Le nouveau bâtiment abritant les services de l’ambassade américaine, « dont la construction a duré trois ans, est situé sur une surface de 4 hectares et constitue un environnement sûr, durable et écologique, et un cadre de travail agréable pour les 490 employés sénégalais et américains de la mission. Il servira de plate-forme importante pour la diplomatie américaine au Sénégal et en Afrique de l’Ouest », rapporte encore le communiqué.

« La nouvelle ambassade a été conçue dans un souci d’économie conséquente d’énergie et d’eau. Une économie d’énergie d’environ 35 % sera réalisée sur le site grâce au recours à l’énergie photovoltaïque », signale-t-il.

Répondre à cet article