Accueil du site > Politique > LE CHANTAGE DE WADE AUX THIESSOIS : « Si vous votez pour moi, je poursuis (...)

LE CHANTAGE DE WADE AUX THIESSOIS : « Si vous votez pour moi, je poursuis les chantiers de Thiès »

jeudi 9 février 2012

Abdoulaye WADE compte bien reprendre Thiès à son ancien Premier Ministre. Hier il a proposé aux Thièssois un « contrat » dans lequel il s’engage à reprendre les chantiers de la ville, à la condition de supplanter Idrissa SECK à Thiès, lors de ce scrutin.


Abdoulaye WADE n’est décidément pas en terrain conquis à Thiès. Hier, son cortège a sillonné pratiquement toutes les grandes artères de la capitale du rail pour faire le tour des différentes familles religieuses de la ville. Sur tout le parcours, il a été accueilli, soit par des huées des militants du maire de la ville, Idrissa SECK, soit dans l’indifférence. Toutefois en vieux briscard de la politique, le candidat des FAL 2012 a profité du meeting organisé à la place de France pour lancer la reconquête de la cité du rail. Il a promis de terminer les chantiers de Thiès à la seule condition que les thièssois contribuent grandement à sa réélection. « En 2009, dira-t-il à la foule, j’ai perdu la première mi-temps. La deuxième mi-temps va arriver. Donnez-moi la commune de Thiès pour que j’achève ce que j’ai commencé à Thiès. » Et le candidat de revenir à la charge proposant un « contrat » aux militants et curieux massés à la place de France. « si vous me donnez la majorité, je vais reprendre la construction de Thiès », propose le président sortant. Abdoulaye WADE expliquera qu’il avait décidé sciemment d’arrêter les travaux des chantiers de Thiès, suite à son différend avec son ancien Premier ministre. Car, outre la route de contournement et l’avenue Caen, déjà réalisées, WADE a révélé qu’il avait décidé de « débloquer 15 milliards pour construire le centre-ville de Thiès ». Le candidat libéral s’est également prononcé sur le retrait d’Abdou FALL, pour dire que des émissaires, notamment Iba Der THIAM, sont entrain de jouer les bons offices pour qu’il revienne au bercail, même s’il reconnait que c’est loin d’être gagné.

Répondre à cet article