Accueil du site > Actualités > Le gouvernement supprime la SOPROSEN du régime d’Abdoulaye Wade

Le gouvernement supprime la SOPROSEN du régime d’Abdoulaye Wade

vendredi 1er juin 2012


Le gouvernement du Sénégal a supprimé la Société pour la propreté du Sénégal (SOPROSEN), c’est du moins ce qu’a annoncé l’APS. Selon nos confrères, le Conseil des ministres a examiné et adopté, hier, jeudi 31 mai 2012, un projet de loi abrogeant la loi portant création de cette société chargée de la collecte des ordures dans l’ensemble des collectivités locales du pays. Elle est créée en août 2011 pour remplacer l’Entente CADAK-CAR (Communauté des agglomérations de Dakar et la Communauté des agglomérations de Rufisque). L’hostilité qui s’est manifesté au sujet de la création de la SOPROSEN, selon le directeur général de l’Agence pour la propreté du Sénégal (APROSEN), s’explique par « le retrait aux communes de la région de Dakar d’un programme de 10 milliards » de nos francs destinée à la gestion des ordures transformée en SOPROSEN, Cheikh Dieng. Les responsables de l’Entente CADAK-CAR, qui avaient récusé ces propos, ont dénoncé le fait que les collectivités locales n’ont pas été associées à la création de la SOPROSEN. Selon notre source, le maire de Dakar, Khalifa Sall, avait aussi déploré que ni lui ni l’Entente « n’ont été informés encore moins associés à une quelconque concertation autour du projet » de création de la SOPROSEN. On se rappelle que l’Entente avait promis d’utiliser toutes les voies de recours possibles pour annuler la création de cette société. Pour sa part le secrétaire général du Syndicat des travailleurs du nettoiement, Madani Sy, avait fustigé la création de la SOPROSEN, l’assimilant à un « éternel recommencement » dans la gestion des ordures. L’Etat du Sénégal et les collectivités locales devaient détenir 60% de son capital, le secteur privé national 30% du capital, le reste (10%) devant appartenir à l’Intersyndicale des travailleurs du nettoiement.

Répondre à cet article