Accueil du site > Actualités > Le substitut du procureur n’a pas du tout été tendre avec les porteurs de (...)

Le substitut du procureur n’a pas du tout été tendre avec les porteurs de gourdins

jeudi 15 mars 2012

Six mois d’emprisonnement avec sursis. C’est la peine que le tribunal des flagrants délits de Dakar a infligé Youssou Niang, chef de la sécurité de Cheikh Béthio Thioune. Il avait commandé 20 gourdins à un menuisier qui a été relaxé purement et simplement par le tribunal.


Le substitut du procureur n’a pas du tout été tendre avec les porteurs de gourdins et a demandé une sanction exemplaire et dissuasive. « Monsieur le président, les gourdins font la pluie et le beau temps dans la capitale et ils ont fait parler d’eux aux Parcelles Assainies. Si l’on n’y prend garde, des gens inconscients comme Youssou Niang vont mettre le pays à feu et à sang. Nous avons les moyens d’arrêter cela ; il ne faut pas s’en priver, car c’est une question de sécurité publique » a déclaré Ramatoulaye Ndiaye.

La représentante du parquet n’est pas convaincue par les arguments de défense de Youssou Niang. Celui-ci qui détient également une arme de calibre 22, sans permis de port d’armes, a nié avoir commandé les gourdins à cause du contexte électoral. Il a tenu à se défendre « Yankhoba Diamé (le menuisier) m’a confectionné un échantillon que j’ai trouvé beau, alors j’en ai commandé 20 autres que j’avais décidé de distribuer aux personnes chargées d’assurer la sécurité du Cheikh. Cette commande n’a rien à voir avec la campagne électorale, car j’étais en congé maladie, depuis plus de deux mois. J’ignorais même l’existence d’un arrêté sur l’interdiction du port d’arme durant la période électorale », a-t-il laissé entendre.

Le parquet a demandé un verdict de clémence pour Yankhoba Diamé, le menuisier confectionneur de gourdins. En effet, celui-ci a reçu 10 000 francs pour la commande. Il a soutenu qu’il ignorait que Youssou Niang était « Cantaakoon », encore moins l’usage qu’il voulait faire des gourdins. C’est pourquoi ses avocats ont plaidé la relaxe pure et simple. Quant au conseil de Youssou Niang, il a sollicité la bienveillance de la loi, arguant que son client est victime de sa foi et de son engagement envers son guide religieux. Le « Cantaakoon » qui a juré qu’on ne l’y reprendrait plus, a écopé de six mois assorti du sursis au moment où le menuisier a été relaxé purement et simplemen

Répondre à cet article