Accueil du site > Actualités > Le vote des militaires et paramilitaires est prévu le 18 et 19 (...)

Le vote des militaires et paramilitaires est prévu le 18 et 19 février

mercredi 8 février 2012

Le directeur de la Formation et de la Communication au ministère chargé des élections, Macoumba Coumé a convié hier, à l’Ecole nationale de la police, les présidents des bureaux de vote, à une formation. Venus de toutes les contrées du pays, cette rencontre leur permettra de mieux s’imprégner du bon déroulement du vote des militaires et paramilitaires prévu le 18 et 19 février soit une semaine avant le scrutin des civils selon le journal le soleil.


« Il faut faire en sorte que les présidents des bureaux de vote des militaires et paramilitaires soient au même niveau d’information et s’approprient les mêmes procédures pour une bonne gestion des fonctionnements des bureaux de vote », indique Macoumba Coumé .

En croire à ces dires, le vote des militaires et paramilitaires est spécifique d’autant plus qu’il se déroule sur deux jours (18 et 19 février), une semaine avant le scrutin des civils. Mais tient-il à préciser que le vote se déroule dans les mêmes conditions que celui des civils.

Pour le bon déroulement de leur vote, Macoumba Coumé a informé l’assistance que lorsque les militaires et paramilitaires finissent de remplir leur droit de vote, le samedi et le dimanche, il n’y aura pas de dépouillement.

« L’urne sera scellée dans une caisse sur laquelle seront apposées sur le haut et sur la bas, des bandes adhésives et des fiches de serment signées par l’ensemble des membres du bureau (président, secrétaire, assesseur, représentant de candidat) et contrôleur de la Cena », confie M. Coumé. Et de poursuivre, « les deux urnes scellées sont confiées à la garde du président du tribunal départemental ».

Aussi, pour éviter que la tendance de vote des militaires et paramilitaires soient connue, le ministère chargé des Elections prévoit que la caisse poubelle, placée à l’intérieur de l’isoloir et contenant les bulletins qui n’ont pas été choisis, soit incinérée devant les membres du bureau de vote.

« Tout cela fait l’objet d’un procès-verbal signé par l’ensemble des membres du bureau de vote », souligne Macoumba Coumé. « Le jour du scrutin général, les urnes de vote des militaires et paramilitaires sont ramenées par les présidents du Tribunal départemental dans l’état où elles étaient », explique-t-il.

Avant de préciser que « les membres du bureau de vote qui ont siégé pour le vote des militaires et paramilitaires sont les mêmes que ceux qui siègent le jour du scrutin général pour s’assurer que les urnes sont revenues dans les mêmes conditions ».

Selon toujours, le directeur de la Formation et de la Communication au ministère Chargé des Elections, au soir du 26 février 2012, le contenu des deux urnes de vote des militaires et paramilitaires ainsi que celui des civils seront déversés sur la même table de dépouillement. « Les enveloppes, une fois mélangées, personne ne saura pour qui les militaires et paramilitaires ont voté », dit-il.

« Toute cette démarche et cette disposition prise est une façon pour nous de montrer aux acteurs politiques que le vote des militaires et paramilitaires se déroulera de façon transparente et sécurisée », conclut M. Coumé.

Répondre à cet article