Accueil du site > Actualités > Lettre au Président Macky Sall à propos de la Casamance

Lettre au Président Macky Sall à propos de la Casamance

mardi 18 mars 2014


Monsieur le Président, J’ai le plus grand honneur de vous adresser cette lettre, à l’aube de votre visite de trois jours à Ziguinchor, pour vous souhaiter la bienvenue. Je m’exprime en tant que citoyen, patriote et acteur inlassable du développement économique, de la cohésion sociale et du retour de la paix sur cette belle terre meurtrie par plus de trois décennies de conflit. Par ma voix, entendez celles de milliers d’autres citoyens de la Casamance qui expriment leur détresse quotidienne et continue face à la situation d’une région aux potentialités incommensurables mais qui est étranglée et prise au piège de volontés ambigües et de choix politiques approximatifs. Je sais Monsieur le Président que vous n’êtes pas insensible à cette détresse. C’est pourquoi votre visite nous honore et nous réconforte. J’espère que vous en saisirez l’occasion pour poser des jalons solides non seulement pour la paix, mais plus encore, pour le développement économique et la transformation de la Casamance. L’Association que je dirige a pour vocation d’œuvrer pour une citoyenneté responsable et attachée aux valeurs de la Nation et de la République et pour la construction d’une cité en progrès, qui donne à sa population les avantages dont chaque être humaine à besoin, dans le respect de la diversité, des réalités socioculturelles et des droits de chacun. Mieux comprendre le conflit pour mieux le prévenir est la tâche qui nous anime. Nous voulons que les milliers de casamançais silencieux qui subissent ce conflit imposé depuis trop longtemps, qui sont confinés dans les marges des discussions et négociations de paix soient davantage écoutés. La solution à ce conflit se trouve dans chaque sénégalais, dans chaque Casamançais, dans chaque Ziguinchorois, quels que soient son ethnie, sa race, sa religion ou le bois sacré auquel il croit. Monsieur le Président, La vraie paix se fera d’abord entre nous, dans le cadre d’une compréhension profonde de la socio-culture de cette région. Quelles sont nos valeurs intrinsèques ? Quelles sont nos valeurs partagées. Quel futur voulons-nous construire ensemble ? Les tentatives d’apaisement du conflit ne doivent pas être limitées à la seule élaboration des décrets ou aux positionnements politiques souvent partisans. Elles doivent s’appuyer sur les ressorts sociaux locaux, notamment le mouvement associatif, et l’ensemble des citoyens de naissance ou d’adoption de la Casamance pour créer les conditions d’une appropriation du processus de paix par les populations dans les quartiers et dans les villages. Nous devons reconstruire l’idée de la Nation et de la République. Et nous ne pouvons trouver meilleur endroit que l’école pour « fabriquer » notre jeunesse de demain à l’image de la société que nous souhaitons construire. Il ne doit pas exister une seule école en Casamance sans que le drapeau du Sénégal n’y flotte. Il ne doit pas exister une seule classe sans que l’instruction civique et la morale de la paix et de la tolérance n’y soient dispensées. Notre jeunesse d’aujourd’hui ne doit pas porter nos erreurs du passé. Elle ne doit pas subir les affres d’une pauvreté que nous avons installée à cause de nos irresponsabilités communes. Lancez donc l’APPEL DE LA CASAMANCE Monsieur le Président. Et agissez ensuite résolument pour installer la paix et le progrès. Les milliards que vous promettez d’investir en Casamance sont nécessaires. Mais ils sont loin d’être suffisants. Car le plus important, ce sont les hommes et les femmes qui les transformeront en avantages. Monsieur le président, Si vous écoutez la Casamance, vous l’entendrez vous dire qu’elle veut tout à la fois la paix et le développement. La Casamance n’est pas seulement un territoire au Sud du Sénégal. C’est un bien économique qui peut et doit être le pivot du développement de notre Nation. Il faudra cependant que l’exploitation de ses richesses soit faite dans le stricte respect de la justice économique et sociale et que les populations pauvres et vulnérables soient les premiers bénéficiaires. . Que Dieu nous bénisse le Sénégal. Que Dieu bénisse la Casamance

Adjudant-Major Alpha DIA Militaire à la retraite Président de l’association Nouvelle vision pour un projet de société en Casamance (NVPSC)

Répondre à cet article