Accueil du site > Sports > Can 2010 > Macky Sall à Khalifa Sall : « Il faudrait éviter de nous faire un mauvais (...)

Macky Sall à Khalifa Sall : « Il faudrait éviter de nous faire un mauvais procès sur la ville de Dakar »

lundi 15 septembre 2014

Les réformes relevant de l’acte 3 de la décentralisation correspondant à un enjeu ’’beaucoup plus important’’ qui ne peut être ramené à des logiques politiciennes, a soutenu, lundi à Dakar, le chef de l’Etat, Macky Sall.


« Je ne peux pas engager cette grande réforme de la décentralisation sous l’angle politicien. Ce qui est en jeu est beaucoup plus important », a-t-il déclaré à l’ouverture d’une concertation nationale avec les exécutifs locaux du Sénégal.

« Il faudrait éviter de nous faire un mauvais procès sur la ville de Dakar, cela ne correspond pas à la réalité de la reforme », a-t-il ajouté, en allusion aux soubassements politiciens supposés de cette réforme qui serait orientée notamment contre le maire de la capitale, Khalifa Sall.

L’ancien Premier ministre Aminata Touré, une des figures en vue de l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel, avait échoué à conquérir la ville de Dakar à l’issue des dernières locales de juin dernier.

La candidature de Mme Touré, partie de la Primature après son échec électoral, confirmait selon plusieurs analystes, la volonté du parti au pouvoir de prendre le contrôle de la municipalité de la capitale, dont le maire reconduit est un responsable du Parti socialiste (PS), une formation alliée de l’APR.

« Je voudrais vous rappeler qu’avec le nouveau code général des collectivités locales, la ville est devenue le cadre de mutualisation des compétences de plusieurs communes autonomes ayant une homogénéité territoriale », a relevé de son côté Macky Sall.

Selon lui, la ville ne peut plus être considérée pour ce qu’elle a été, « une grande commune divisée en communes d’arrondissement ». « On n’est plus dans ce schéma, il ne faut pas dire donc que l’on combat le maire de Dakar, de Guédiawaye ou de Pikine, cela ne correspond pas à la réalité de la réforme de l’acte 3 » de la décentralisation.

Selon le ministère de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, l’acte 3 de la décentralisation vise à « organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable à l’horizon 2022 ».

Dans cette perspective, toutes les communautés rurales et les communes d’arrondissement ont été érigées en communes, premier ordre de collectivité locale au Sénégal, au sortir des élections locales de juin dernier.

« Cette option répond à l’impératif d’une gestion de proximité des problèmes des populations et une participation des acteurs locaux à l’impulsion et à la mise en œuvre des stratégies de développement territorial », indique le ministère de tutelle.

« Nous sommes dans un autre schéma, il ne faut pas prendre des commentaires qui étaient valables dans un schéma antérieur et vouloir les appliquer dans le cadre de cette réforme, ce n’est pas conforme à la vérité », a insisté le président de la République.

Avec « ce nouveau statut, la ville est considérée comme une nouvelle création et doit voter un nouveau budget conformément à l’article 254 du code général des collectivités locales, 3 mois à partir de l’installation de ses organes », a indiqué Macky Sall.

Il a rappelé que l’un des objectifs de l’acte 3 de la décentralisation est de réduire les clivages et les différences entre le monde rural et le monde urbain, mais aussi réduire les inégalités et le fossé entre ces deux entités.

« Nous devons travailler à faire en sorte que toutes les communes puissent avoir la même dignité et les mêmes possibilités de développement. Dans ce cadre, toutes les mesures ont été prises et je viens de signer des décrets » allant dans ce sens, a-t-il dit.

Avec APS

Répondre à cet article