Accueil du site > Actualités > Macky Sall démet Abdoul Mbaye et son gouvernement de leurs fonctions

Macky Sall démet Abdoul Mbaye et son gouvernement de leurs fonctions

dimanche 1er septembre 2013


Le président Macky Sall a démis de leurs fonctions le Premier ministre Abdoul Mbaye et les membres de son gouvernement, a annoncé dimanche la présidence de la République.

« Le président de la République, Son Excellence M. Macky Sall, a mis fin aux fonctions de Monsieur le Premier ministre Abdoul Mbaye et de son gouvernement, ce dimanche 1er septembre 2013 », écrit Abdoul Abel Thiam, le porte-parole du chef de l’Etat, dans un communiqué reçu à l’APS.

« Un Premier ministre sera nommé dans les prochaines heures », a-t-il annoncé.

Abdoul Mbaye, banquier de formation, avait été nommé Premier ministre le 2 avril 2012 par le président Macky Sall, qui venait de remporter l’élection présidentielle de février-mars de la même année.

M. Mbaye, 60 ans, est diplômé de l’Ecole des hautes études commerciales (HEC) de Paris, de la Sorbonne (France) et de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

En 1976, ce fils du célèbre magistrat Kéba Mbaye rejoint la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) comme économiste et y travaille sous la direction d’Alassane Dramane Ouattara, l’actuel président de la Côte-d’Ivoire, renseigne sa biographie.

En 1982, le président Abdou Diouf le nomme président-directeur général de la Banque de l’habitat du Sénégal (BHS). Il avait 29 ans. En 1990, il participe à la restructuration de la Banque internationale pour l’Afrique occidentale (BIAO)-Sénégal.

Il devient par la suite directeur général de la Compagnie bancaire de l’Afrique occidentale (CBAO) créée sur les cendres de la BIAO. Tout en étant à la tête de la CBAO, Abdoul Mbaye lance la première société de leasing au Sénégal et le premier fonds d’investissement de l’Afrique de l’Ouest.

Il a été le premier président du Groupement interbancaire monétique (GIM) de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), qui réunit aujourd’hui huit pays membres de la BCEAO.

Il a aussi été président et membre fondateur de l’Institut sénégalais des administrateurs (ISA) et président du conseil d’administration de l’Ecole polytechnique de Thiès.

En 1999, il fait partie du consortium qui rachète la Banque sénégalo-tunisienne (BST), dont il devient le directeur général et parvient à redresser les résultats qui progressent considérablement les trois années suivantes. En 2006, Attijari Bank rachète la majorité des parts de la BST.

Abdoul Mbaye a été chargé du cours de politique monétaire à l’Ecole nationale d’administration (ENA) du Sénégal, président de la commission finances et commerce de l’ex-Conseil économique et social et membre du Conseil présidentiel de l’investissement.

Portant un grand intérêt au sport, il a été trésorier général de la Fédération sénégalaise de football, président de la Fédération sénégalaise d’athlétisme et vice-président du Comité national olympique et sportif sénégalais. Il est actuellement membre de la commission marketing du Comité international olymique (CIO).

Abdoul Mbaye a été président de l’Association des professionnels de la banque et des établissements financiers (APBEF).

Marié et père de quatre enfants, M. Mbaye est Commandeur de l’Ordre du mérite du Sénégal, Chevalier de l’ordre national du Lion et Chevalier de l’ordre du mérite français.

Le banquier Abdoul Mbaye invite souvent les managers et dirigeants d’entreprises à savoir faire preuve d’« audace » en intégrant les technologies de l’information et de la communication (TIC) dans leur démarche. Il les appelle aussi à « oser » créer des ruptures d’avec « les vieilles méthodes » de travail.

« Le seul conseil que je me permettrais de donner est qu’en matière technologique, un dirigeant doit savoir être audacieux. […] Toujours se souvenir que la technologie complexe simplifie traitement et procédures dans leurs parties assurées par l’homme », a-t-il une fois dit lors d’un séminaire sur la banque et l’avenir de l’entreprise.

« On s’enferme trop rapidement dans les vieilles méthodes. Il faut qu’on sache oser créer cette rupture. C’est un progrès important que de recourir aux TIC et de savoir qu’il n’y a aucune limite », avait-il ajouté.

ESF

APS

Répondre à cet article