Accueil du site > Sports > Can 2010 > Marième Faye chez Wade : Polémique autour d’une visite

Marième Faye chez Wade : Polémique autour d’une visite

jeudi 28 septembre 2017


La visite qu’aurait effectuée la Première dame chez Abdoulaye Wade à Fann Résidence, le jour de la Tabaski, soulève des vagues. Des informations contradictoires circulent dans la presse à ce propos.

Selon La Lettre du Continent, journal réputé pro-Karim Wade, Marième Faye aurait été éconduite par l’ancien chef de l’État. Faux rétorquent, en chœur, Libération et Les Échos dans leurs éditions de ce jeudi.

À en croire ces journaux, l’épouse de Macky Sall n’a pu voir Wade ce jour-là car ce dernier dormait à son arrivée. D’autres visiteurs, avant et après Marième Faye, rapportent les deux quotidiens d’information, n’ont pu voir le pape du Sopi.

Selon le récit concordant de Libération et de Les Échos, Marième Faye est arrivée chez Wade sans prévenir et sans protocole. Elle était accompagnée de son fils Amadou Sall, qui conduisait une voiture banalisée, et Moustapha Diakhaté, le tout nouveau directeur de cabinet politique du chef de l’État.

Sur place, poursuivent les deux journaux, elle ne descend pas de la voiture, préférant baisser la vitre pour demander à voir Wade. C’est ainsi que le personnel trouvé sur les lieux lui fait savoir que l’ancien chef de l’État, pour se remettre de la prière de la Tabaski à la mosquée Massalikoul Djinane, quelques heures plus tôt, a donné pour consigne de ne pas le déranger pendant qu’il se repose.

La Première dame, dit-on, tourne les talons en demandant à ses interlocuteurs de transmettre à Wade qu’elle était de passage pour le ziar.

Samuel Sarr : visiteur ou intermédiaire ?

À la suite de Marième Faye, ajoutent Les Échos et Libération, l’ancien ministre Samuel Sarr arrive chez Wade pour le voir. Il reçoit la même réponse que la Première dame.

Hier, mercredi 27 septembre, le quotidien Wal fadjri a évoqué cette visite polémique en servant une version légèrement différente par rapport à celle de ses confrères Libération et Les Échos.

« À l’heure qu’il voudra me voir, dites-lui que je suis disponible », aurait laissé comme consigne Marième Faye, selon Walf. Le journal ajoute qu’après le départ de la Première dame, « l’ex-libéral qui se dit ’wadiste éternel’ (comprendre : Samuel Sarr) et qui se pavane dans les prairies marron s’est précipité au domicile où loge Gorgui pour tenter de passer un gros savon au personnel d’accueil qui n’a pas permis cette entrevue (entre Wade et Marième Faye). »

Le quotidien du groupe Walf rapporte qu’informé de la trame de cette visite avortée de la Première dame, Wade aurait « félicité son personnel sur cette peccadille et désavoué ’ce prébendier’ qui cristallise les rancœurs des libéraux ».

Répondre à cet article