Accueil du site > International > Mines d’or du Sénégal et du Mali : Nouvel eldorado des prostituées

Mines d’or du Sénégal et du Mali : Nouvel eldorado des prostituées

jeudi 4 juin 2009

Des bars d’un nouveau genre sont venus fleurir la ville de Sanso depuis l’ouverture, en 2001, de la mine d’or de Morila au Mali. Les tenancières de ces lieux sont des prostituées, pour la majorité nigérianes, entraînées contre leur gré à proximité des exploitations aurifères situées aux quatre coins du pays. Le même fléau guète le Sénégal à Kédougou avec les mines d’or de Sabodala dont l’inauguration est prévu aujourd’hui par le Chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade. Reportage.


L’exploitation aurifère de Morila au Mali est devenue une source de revenus pour les prostituées. On compte six bars à Sanso, la ville située à quelques kilomètres de la mine, dans lesquels sont réparties les professionnelles du sexe. « Après l’ouverture de Morila en 2001, des bars ont commencé à voir le jour. A cette époque, il y avait dix filles par établissement, toutes nigérianes », explique Mohammed Maiga, chargé prévention VIH/MST auprès des prostituées de Sanso. « On fait croire aux jeunes femmes qu’elles sont en route pour l’Espagne ou ailleurs et en cours de chemin on leur demande de s’établir près des exploitations aurifères pour faire commerce de leurs corps », ajoute-t-il. Une jeune Nigériane interrogée par Afrik raconte : « une femme est venue me voir à la sortie de l’école et m’a promis un emploi au Sénégal. Je ne suis jamais arrivée là-bas, au lieu de cela j’ai atterri à Sanso où j’ai été obligée de me prostituer ».

Prostituées et femmes d’affaires Pour sortir de cette situation, ces jeunes femmes n’ont d’autre solution que de multiplier les passes afin de rembourser le prix de transport du Nigéria jusqu’au Mali qu’elles doivent à leur promotrice, la responsable de leur établissement. Mais avec une location de chambre à 15 000 CFA (22, 50 euros) par mois et une prestation ne dépassant pas les 2000 CFA (3 euros), les prostituées mettent plus de six mois à rassembler la somme. « Si certaines quittent définitivement le Mali après avoir rembourser leurs « dettes », d’autres préfèrent accumuler de l’argent pour investir ensuite dans leur pays », note M. Maiga. Depuis l’ouverture de la mine de Syama en 2007, à proximité de Sikasso à l’est du Mali, la clientèle a nettement diminué. Les miniers sont partis trouver fortune dans cette nouvelle exploitation. Résultat, les professionnelles du sexe ont elles aussi migré à la recherche de revenus plus conséquents. « Aujourd’hui, on ne compte que trois bars à Sanso avec en moyenne huit prostituées par maison », relate le chargé de prévention VIH/MST auprès des Nigérianes de Sanso.

Prostitution égale danger Concernant les questions alliées au Sida, maladie endémique en Afrique, M. Maiga baptisé « teacher condom » par les prostituées affirme que les jeunes femmes utilisent le préservatif. « Dans la plupart des cas, elles arrivent à faire accepter la capote à leur client. Mais avec leurs« boyfriend » nigérians qui les accompagnent, c’est plus compliqué », explique t-il. La prostitution a eu des effets néfastes sur les jeunes maliennes de Sanso qui, attirées par l’appât du gain, ont elles aussi commencé à se prostituer. « Elles agissent de manière discrète, il est impossible pour nous de les suivre. Elles n’ont aucune protection », explique M. Maiga.

Un business placé sous la surveillance de la gendarmerie Selon des sources provenant de la mine de Morila, les gendarmes de Sanso se livreraient à des stratégies d’extorsions avec la complicité des prostituées. La stratégie consisterait à se lier d’amitié avec un ouvrier pour ensuite le dénoncer à la gendarmerie pour harcèlement sexuel, abus... et lui faire payer une somme d’argent en échange du silence des agents. Avec l’ouverture croissante des mines d’or au Mali, première ressource naturelle du pays, il est à craindre que le trafic naissant de la prostitution nigériane prenne de l’ampleur.

Une alerte pour le Sénégal

L’une des régions les plus pauvres du Sénégal, Kédougou est menacée par ce fléau. Déjà la prostitution bat son plain dans cette partie orientale du pays qui vient d’être érigée en région. La concentration des campements est à la base de la prostitution des jeunes filles qui n’ont que ça pour gagner de l’argent. Une région où déjà les jeunes n’ont aucun n’emploi, malgré les promesses du Chef de l’Etat lors de l’élections présidentielle de 2007 et les locales du 22 mars derniers. Ces jeunes qui avaient manifesté pour demander de l’emploi n’ont toujours pas vu le bout du tunnel et fustigent la campagne médiatique que mène le ministre des Mines et de l’Industrie à travers l’exploitation de l’or de Saboda alors que des promesses restent non tenues.

Source : 24heureschrono_Sambou BIAGUI avec Afrik.com

Répondre à cet article