Accueil du site > Actualités > Négociations entre le gouvernement et les travailleurs de Ddd : Un chèque (...)

Négociations entre le gouvernement et les travailleurs de Ddd : Un chèque d’un milliard sur la table pour la suspension de la grève

mercredi 11 juillet 2012


Les négociations ouvertes hier, entre l’Etat et les travailleurs de la société de transport urbain Dakar dem dikk (Ddd) n’ont pas accouché d’une souris. Benoît Sambou s’est engagé au nom de l’Etat à verser un montant d’un milliard pour le paiement des salaires à temps pendant au moins trois mois. Toutefois, le suspense demeure sur la levée ou non du mot d’ordre de grève qui dépend d’une décision de l’assemblée générale des travailleurs de Ddd. Des esquisses de solutions sont entreprises aux fins de résoudre la situation financière difficile que traverse la société nationale de transport urbain Dakar dem dikk (Ddd) dont les travailleurs sont en mouvement d’humeur depuis plus de 48 heures pour retard de salaires, entre autres motifs. Hier, on est arrivé a un compromis entre le gouvernement, re­présenté par le mi­nistre de l’Agri­culture, Benoît Sam­bou - qui assure l’intérim de son homologue des transports, Mor Ngom absent du territoire - et les délégués de l’Union des travailleurs de Ddd (Udt 3D) à l’issue d’une rencontre de crise au building administratif. Après des négociations accélérées, l’Etat a finalement débloqué un milliard, versé dans le compte de la société nationale de transport urbain au trésor public. Ce, afin d’assurer le paiement à temps d’au moins trois mois de salaires. « Cette situation n’est pas nouvelle, c’est une situation que Ddd vit depuis sa naissance. Il est important aujourd’hui que nous ne fassions pas des effets d’annonce, mais que des solutions durables soient trouvées pour que Ddd puisse servir les populations de Dakar. Je pense que nous avons pu avancer autour de la question, déjà l’Etat a pris des initiatives de libérer un chèque d’un milliard afin de permettre un paiement rapide des salaires. L’autre aspect c’est que l’Etat s’est engagé avec la direction au règlement de la question de l’Ipm des travailleurs de Ddd », annonce Be­noît Sambou qui assure de l’effectivité de la rétribution des émoluments. Cependant, malgré ces engagements pris par la partie étatique, la levée du mot d’ordre de grève est suspendue à une décision de l’assemblée générale des travailleurs de ladite société, d’après le secrétaire général de l’Udt 3D, Ma­ma­dou Goudiaby. Ce, d’autant plus que d’autres points de la plateforme revendicative sont restés en suspens. Ceux-ci sont relatifs à la tenue d’un conseil interministériel pour soigner définitivement les maux dont souffre Ddd, entre autres : Versement à l’institut de prévoyance maladie (Ipm), règlement de la dette croisée. « Nous demandons l’organisation d’un conseil interministériel sur la gestion de Ddd afin de trouver des solutions définitives aux crises répétitives qui tournent autour de l’Ipm, le règlement de la dette croisée. L’Etat nous doit 23 milliards et Ddd doit à l’Etat 19 milliards. Il y a aussi le règlement du patrimoine ; aujourd’hui les terrains de Ddd sont au nom de l’Etat. Nous voulons un titre foncier au nom de Ddd », dé­taille M. Goudiaby. Tou­te­fois, l’Etat s’engage à examiner la faisabilité de ces doléances à travers une feuille de route que les acteurs vont établir avec leur ministre de tutelle, Mor Ngom dès son retour, aujourd’hui dans la matinée. SOURCE : Le Quotidien

Répondre à cet article