Accueil du site > Actualités > Nkrumah Sané sur le règlement du conflit casamançais : « Wade ou Macky, c’est (...)

Nkrumah Sané sur le règlement du conflit casamançais : « Wade ou Macky, c’est bonnet blanc, blanc bonnet »

mardi 20 mars 2012

À Paris, où il vit en exil depuis vingt ans, le secrétaire général autoproclamé du MFDC, Nkrumah Sané soutient toujours la voie de l’indépendance et rend Dakar responsable de la recrudescence de la violence dans laquelle est plongée la partie méridionale du pays. « Par manque de dialogue sincère, Wade a laissé la situation empirer dans le maquis », a-t-il déploré. Concernant le règlement du conflit armé qui sévit depuis près de deux décennies en Casamance, M. Sané que nous avons joint au téléphone, hier, est d’avis qu’« entre Wade et Macky, c’est « bonnet blanc, blanc bonnet ».


Mamadou Nkrumah Sané, le responsable politique de l’aile extérieure du Mfdc, suit de très près la situation politique au Sénégal, surtout, le second tour de ce 25 mars. « Les déclarations des deux postulants du deuxième tour, au sujet de la pacification de la Casamance, ne sont pas convaincantes. Me Wade a réussi à saboter le processus de paix, à diviser le maquis, au point qu’une seule faction ne peut plus parler au nom des autres. Aussi, la question casamançaise, revêt-elle, aujourd’hui, un intérêt particulier. Chacun y veut intervenir, pour bénéficier des espèces sonnantes et trébuchantes, en suçant le sang des populations de cette localité pour qui, ils allèguent travailler », déplorera-til. Quand à Macky Sall, poursuit-il, « il ne maitrise pas la question casamançaise, vu qu’il est né après les Indépendances. Il est mal indiqué pour venir à bout de ce conflit. Car, il lui vaut consulter les annales et le temps ne le lui permet pas ». Ce qui fait dire à Nkrumah Sané, au sujet du règlement de la crise Casamançaise, qu’entre Abdoulaye Wade et Macky Sall, c’est « bonnet blanc, blanc bonnet ». Rappelant la victoire écrasante de Wade, en 2007, dans la verte Casamance, Mamadou Nkrumah Sané soutient que « cette partie du pays a toujours servi d’escalier aux hommes politiques qui, une fois leur objectif atteint, ont jeté ses responsables politiques en pâture. C’est le cas, actuellement, avec le maire de la commune de Ziguinchor, qui n’a rien compris ». Sékou Dianko DIATTA

Répondre à cet article