Accueil du site > Politique > Ousmane Tanor Dieng (Parti socialiste) : Pourquoi l’opposition tient à (...)

Ousmane Tanor Dieng (Parti socialiste) : Pourquoi l’opposition tient à participer aux élections

mercredi 18 février 2009

Malgré les nombreux griefs qu’ils formulent contre le processus électoral, les partis de l’opposition tiennent, contre vents et marées, à participer aux prochaines élections locales. Qu’est-ce qui explique cette attitude ? Les injonctions de la base et le caractère local de l’école sont avancés par Ousmane Tanor Dieng comme étant les éléments explicatifs de cette position.


Malgré le fait qu’elle ait remis en cause la fiabilité du fichier, rejeté ses recours en annulation des listes de la Coalition Sopi à Ndindy et Ndoulo, fait des sorties fracassantes contre la Cena etc., l’opposition prendra part aux élections locales. Les raisons, le secrétaire général du Ps l’explique diversement. Selon Ousmane Tanor Dieng, après l’élection présidentielle et les élections législatives que le front Siggil Sénégal a boycottées pour cause de manquements notés sur le processus, les états généraux des partis politiques ont, concernant les élections locales, recueilli l’avis de la base.

Et c’est pour pouvoir décider s’il faut aller ou non à ces élections, malgré les manquements notés çà et là. La réponse a été affirmative. Alors, explique M. Dieng, ‘nous sommes en train d’appliquer une décision qui a été prise à la base. C’est pourquoi, il n’est pas possible de revenir en arrière’.

Autre élément d’explication : ‘Une élection locale n’est pas une élection nationale.’ A ce propos, le socialiste en chef estime que les moyens de contrôle des élections ne sont pas les mêmes. Parce qu’il est plus facile selon lui de contrôler les élections locales qu’une élection nationale. La preuve, poursuit le socialiste, ‘nous avons indiqué que chaque électeur doit travailler à sécuriser son propre vote’. Il s’agit là, selon lui des décisions qui permettront au niveau de chaque lieu et dans chaque bureau de vote de ‘limiter les risques de fraude’.

Pour convaincre de ses propos, M. Dieng prend comme exemple la publication des listes des électeurs par bureau de vote. ‘Nous allons demander à ce que les listes soient publiées 15 jours avant le vote. Et cela permettra aux militants de savoir si les personnes inscrites sur les listes résident dans la localité’.C’est pourquoi ‘nous voulons que les camarades qui sont à la base et qui nous ont demandé d’aller aux élections locales sachent qu’ils ont une responsabilité particulière pour contrôler le vote au niveau de leur localité’, insiste Tanor Dieng.

Revenant sur la différence entre l’élection présidentielle de 2007 et les locales du 22 mars prochain, le socialiste en chef rappelle qu’ ‘aux locales, il y aura des listes éclatées au niveau de chaque localité. C’est le cas de la Coalition Sopi où il y a deux ou trois listes dans une même localité’.

Suffisant selon lui, pour convaincre que ce sont des majorités relatives qui vont gagner dans certaines localités. ‘C’est-à-dire qu’on peut avoir 25 ou 35 % et gagner parce que les voix ont été éclatées. Et cela est une différence notable qui fait qu’il faut aller aux élections’, défend Tanor Dieng.

Source : Walf

Répondre à cet article