Accueil du site > Actualités > Placé sous mandat de dépôt hier : Cheikh Yérim Seck jugé demain pour (...)

Placé sous mandat de dépôt hier : Cheikh Yérim Seck jugé demain pour viol

mardi 11 septembre 2012


Après plusieurs heures devant le procureur, l’administrateur du site Dakaractu.com est placé sous mandat de dépôt hier pour viol commis sur la fille du magistrat Boubou Diouf Tall. Cheikh Yérim Seck sera devant le juge demain pour répondre de ce chef d’accusation. Accusé de viol sur Aissatou Tall, la fille du procureur Boubou Diouf Tall, le journaliste Cheikh Yérim Seck a été placé sous mandat de dépôt. L’admi­nistrateur de Da­karactu.com qui a passé hier sa première nuit en prison fera face demain au juge. Un pool d’avocats s’est constitué pour défendre les intérêts du journaliste. Il s’agit de Mes Aly Fall, Malick Fall, Birane Wa­ne et Sakho. C’est à bord d’un véhicule particulier de marque Laguna que l’ancien journaliste de Jeune Afrique est arrivé hier au Tribunal vers les coups de 13h 23mn escorté par deux gardes pénitentiaires en civil. Habillé d’un boubou traditionnel de deux tons, M. Seck est ressorti de la cave pour être entendu par le Procureur. Il a quitté le bureau du Procureur à 19h 58mn, muni d’un bol enveloppé d’un sachet vert, pour s’engouffrer dans la camionnette des détenus en direction de la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss. Le journaliste était en garde-à-vue depuis samedi dernier. Les révélations du certificat médical présenté par la fille ne plaident pas en faveur de Cheikh Yérim Seck. Selon certaines indiscrétions, le certificat médical révèle une défloration hyménale récente. Ce qui conforte la thèse des relations sexuelles entre le journaliste et la fille du magistrat Boubou Diouf Tall. La présumée victime Aissatou Tall est une nouvelle bachelière, âgée de 19 ans. Elle a été invitée samedi dernier, selon les informations reçues, par Cheikh Yérim Seck dans une auberge située aux Almadies pour un déjeuner. Ainsi, la jeune fille « sans arrière pensée » a répondu à l’invitation en rejoignant le journaliste qui l’avait précédée sur les lieux. M. Seck aurait profité de l’intimité pour violer la jeune fille. Selon les témoignages des travailleurs de l’auberge, interrogés par les enquêteurs, Cheikh Yérim Seck avait bel et bien reçu la fille du magistrat à l’auberge. Selon toujours les révélations de ces employés, la jeune fille est sortie des lieux en sanglots et ensanglantée avant de s’engouffrer dans un taxi. Ces témoignages ne plaident pas en faveur de Cheikh Yérim Seck qui pour le moment nie l’accusation de viol. Il parle de rapports sexuels consentants.

lequotidien.sn

Répondre à cet article

23 Messages de forum