Accueil du site > Économie > Première introduction d’une entreprise sénégalaise à la bourse de (...)

Première introduction d’une entreprise sénégalaise à la bourse de Paris

mardi 19 février 2013

Money Express, pour ne pas la citer, est devenue la toute première entreprise sénégalaise à être introduite, jeudi 27 septembre, à la Bourse de Paris. Cette cotation au CAC (cotation assistée en continu), qui a été doublée d’une augmentation du capital à 2,8 millions d’euro, augure des ambitions du leader panafricain du transfert d’argent.


Depuis la semaine dernière, la Bourse de Paris du groupe NYSE Euronext compte parmi ses valeurs cotées celle de la société à capitaux 100% sénégalais, Money Express. L’opération, coacher par le cabinet Marechal et Associés, va concerner 100 000 actions à raison de 14 euro l’action, soit 9200 f CFA/ action, et rapporter 1400 000 euro.

Meissa NGom, président-fondateur de l’entreprise, qui reste conscient du challenge à relever, n’a pas caché sa satisfaction. Contrairement aux sceptiques, il a trouvé que cette entrée au Palais Brogniart, arrive à temps pour le premier opérateur panafricain du transfert d’argent qui fêtera l’année prochaine ses 10 ans d’existence. Pour se donner les ambitions de ses moyens, l’introduction en bourse à Paris, dans le compartiment Actions, plus précisément sur la ligne régulée Alternext, a été subordonnée à une augmentation de capital d’un montant de 2,8 millions d’euro. A en croire les responsables de l’entreprise, avec de tels moyens, toutes les formalités nécessaires à son éligibilité, mais aussi au transfert de ses actifs sur le marché régulé d’Alternext pourront se faire aisément.

Active dans 50 pays, dont 24 en Afrique, Money Express, qui compte profiter de ce marché pour la mobilisation de l’épargne, suit dans cette démarche d’autres entreprises africaines, telles que Simat en 2007 et Pétro Ivoire plus récemment. Mais comparée à la cotation des premières entreprises étrangères sur cette place, notamment les Charbonnages wallons en 1840, elle arrive sur le tard.

D. MBaye

Répondre à cet article