Accueil du site > Actualités > Pris pour cible à Pikine par une bande de nervis Les journalistes de la (...)

Pris pour cible à Pikine par une bande de nervis Les journalistes de la banlieue pas contents du travail de la police

mercredi 22 janvier 2014

Victimes, le vendredi dernier, d’une mésaventure dans un quartier à Pikine où ils s’étaient rendus pour couvrir une manifestation politique de l’APR, des journalistes qui avaient eu le malheur d’être pris pour cible ne sont pas contents du tout de la police. Pour cause, « Pop » qui a filmé nos confrères faire des va-et-vient, a appris que ces derniers convoqués à plusieurs reprises tardent encore à faire leurs dépositions. La cause, est que l’inspecteur en charge de cette affaire se cache derrière un problème d’imprimante dans la police de Pikine pour retarder leurs auditions. Une situation qui commence à mettre nos confrères de la banlieue, qui ont perdu leur outil de travail, dans une colère noire. Un sentiment légitime d’ailleurs, quant on sait que leurs outils de travail (une caméra de Walf Tv, deux dictaphones des radios RTS et Rail bi Fm), ont été détruits. Mais le jeune qui leur a, volontairement, versé, depuis la terrasse de sa maison, de l’eau souillée, continue de vaquer tranquillement à ses occupations, sans être inquiété alors qu’il est connu de tous et identifié même par la police. Devant cet acte qui leur porte un énorme préjudice, nos confrères, dont les plaintes ont été enregistrées par les radars de ‘’Pop’’, ont déploré l’inertie de l’inspecteur en charge de l’enquête. Ils ne réclament que justice pourtant.


Répondre à cet article