Accueil du site > Politique > REÇU EN AUDIENCE MERCREDI PROCHAIN PAR LE CHEF DE L’ETAT : Thione Seck dans (...)

REÇU EN AUDIENCE MERCREDI PROCHAIN PAR LE CHEF DE L’ETAT : Thione Seck dans la bataille contre You

vendredi 27 janvier 2012

Dans l’offensive politique et l’option stratégique de dérouler le tapis rouge aux ténors de la musique à l’effet d’apporter la réplique à Youssou Ndour, le pouvoir libéral continue son opération de charme envers les icônes du Mballax. Dans l’agenda du Palais, en plus d’accords liés avec plusieurs pontes du landerneau musical, l’audience prévue mercredi prochain avec le crooner Thione Seck constituera un signal fort du pouvoir dans sa stratégie électorale pour contrer le roi du Mballax. Le père Wally Ballago tient par là une occasion de revanche sur son frère ennemi longtemps auréolé de succès, dans chacune de ses entreprises.


Ainsi, cette audience du leader du Raam Daan n’est pas fortuite dans le schéma qui se profile en direction des élections. Aux souteneurs et inconditionnels du roi du Mballax, dont Mbaye Nder et Titi, d’autres artistes et non des moindres opposent des arguments valables pour décrédibiliser la candidature de la star planétaire. Le ton est déjà donné et les clans ne s’épargneront aucune invective dans le jeu des intérêts. Quoique tête de file et symbole du label musical sénégalais, Youssou Ndour semble ne rien attendre de ses pairs, au point de les snober dans la constitution de son staff ou le montage des forces qui portent sa candidature.

Le « roi » marginalisé par ses pairs ?

L’alerte de l’OMART et les défections symboliques dans le proche entourage du patron de Futurs Médias ne sont que la face visible d’un profond désaveu. Dans le milieu de la musique, c’est une forte désapprobation qui accompagne cette décision « opportuniste, irréfléchie et dangereuse », rage ce membre de l’AMS. Ramant à contre courant de cette option politique d’un des symboles de la culture sénégalaise, ses pairs jouent sur un autre tempo. Celui de la retenue ou de l’opposition.

De Pène à Viviane, en passant par Baba Maal, Thione Seck, Coumba Gawlo ou Pape Diouf, aucune pointure d’envergure internationale ne mise sur l’auteur de « Salagne Salagne ». Entre le souci qu’il ne soit pas, intellectuellement, à la hauteur de la tâche et le manque d’humilité découlant de cette ambition exagérée, la concurrence n’a pas été tendre avec le musicien-politicien. D’ailleurs, pour une fois qu’ils ont l’occasion d’avoir le dessus sur l’enfant béni de la Médina, Thione Seck et compagnie ne se feront pas prier pour descendre dans l’arène, déjà que les moyens ne feront pas défaut et que l’adversaire, pour une fois, sera en terrain inconnu.

Répondre à cet article