Accueil du site > Politique > REVELATIONS SUR LA FRAUDE ELECTORALE EN VUE Moustapha Niasse parle du (...)

REVELATIONS SUR LA FRAUDE ELECTORALE EN VUE Moustapha Niasse parle du logiciel de Wade

jeudi 9 février 2012

Moustapha Niasse croit dur comme fer, qu’Abdoulaye Wade va truquer les élections et passer, si on lui permet de se présenter. Dans un entretien, accordé au journal panafricain Les Afriques, le candidat de la coalition Benno Siggil Senegaal révèle les moyens dont dispose Me Wade, pour se faire réélire. Répondant à la question de savoir, si les conditions de transparence ne sont pas réunies aujourd’hui, avec la présence de plusieurs observateurs, dont des représentants de l’Union Européenne, ainsi que des représentants des partis politiques sénégalais, qui seront admis dans les bureaux de vote, Moustapha Niasse fait noter qu’« objectivement, oui ». Mais, il précise : « le fraudeur d’hier est le fraudeur d’aujourd’hui, et sera encore le fraudeur de demain. Nous savons qu’il existe aujourd’hui, et je pèse bien mes mots, à l’agence de développement de l’informatique d’Etat (ADE), installé dans la zone de la technopole, un logiciel de fraude prêt à l’emploi. Abdoulaye Wade fera tout pour passer ». Moustapha Niasse, qui semble déterminé à se battre pour lui barrer la route, ne souhaite pas que ce qui est arrivé ailleurs, arrive au Sénégal. « Le printemps arabe a été un événement historique qui a libéré les peuples concernés. Mais, il y a une connotation interne de violence dans ces mouvements, comme la mort de Kadhafi ou encore cette scène où l’on voit l’ancien président Moubarak sur une civière, sanglé sous les draps, et se présentant devant le juge. Nous ne souhaitons pas ce genre de situations et d’images dans notre pays, le Sénégal. Nous souhaitons, en tout esprit démocratique, que le changement se fasse dans le respect de la loi et du droit et surtout sans aucune forme de violence qui ne proviendrait pas, de toute manière, des forces démocratiques », dira le leader de l’Afp, convaincu que la vitrine démocratique sénégalaise s’est craquelée assez grandement depuis quelques années, mais que l’espoir persiste. Sambou BIAGUI


Répondre à cet article