Accueil du site > Sports > Rapatriement de prisonniers sénégalais d’Espagne : « Horizon sans frontière » (...)

Rapatriement de prisonniers sénégalais d’Espagne : « Horizon sans frontière » s’indigne et brocarde l’Etat

dimanche 18 mai 2014

Le rapatriement dans la « torture et l’humiliation » d’une trentaine de prisonniers Sénégalais ne finit pas de faire parler de lui. Et c’est l’ONG « Horizons sans frontière » qui joint sa voix à la vague de récriminations. En effet dans un communiqué qui nous et parvenu, Boubacar Sèye, président d’Horizon sans frontière indique d’abord qu’effectivement il y a bel et bien une convention signée entre le Sénégal et l’Espagne au mois d’avril 2014 pour une série de rapatriements. Si l’ONG s’en indigne, elle met en cause aussi la passivité de l’Etat dans cette affaire. « Qu’on nous parle de prisonniers sénégalais, mais qu’à cela ne tienne car ils savent très bien que pour des raisons de « soutoura » aucun prisonnier sénégalais ne souhaite purger sa peine au Sénégal. Horizon sans frontières a signé un accord de partenariat avec des avocats Européens pour une assistance juridique des sénégalais emprisonnés et l’état continue de briller par son silence assourdissant dans sa mission régalienne. Avant-hier nuit, des dizaines de sénégalais torturés et rapatriés d’Equateur, en Amérique latine, sont en train de souffrir dans leur chair et âme » a déclaré Sèye. Plus loin, il brocarde le régime actuel « qu’avons-nous fait à ce régime que nous avons-nous-mêmes élu, pour mériter un tel sort ? Il n’y a aucun pays au monde qui signe des accords de rapatriement pour humilier ses ressortissants ! Nous, Sénégalais de l’Extérieur qui maintenons l’économie de notre pays avec la manne financière que nous injectons, sommes humiliés, rapatriés, tués sous le silence complice de nos autorités ! » Le Président de l’ONG a fini par demander de taire les intérêts personnels et irrationnels du moment et leurs instrumentalisations politiques, en rappelant des faits et des données sur lesquels des responsables politiques pourraient construire des politiques consensuelles...


Répondre à cet article