Accueil du site > Politique > Révélations de Médiapart : Karim Wade poursuit Johnson Mbengue et sert une (...)

Révélations de Médiapart : Karim Wade poursuit Johnson Mbengue et sert une citation au site français

samedi 3 mars 2012

Le sulfureux dossier sorti par nos confrères français de « Média parte » (du site d’information) ne pouvait certainement pas resté sans suite. En effet, après le ministre des Mines et des industries, le fils du chef de l’Etat, par ailleurs, ministre des Infrastructures, de la Coopération Internationale, des Transports aériens, de l’Energie, Karim Wade incriminé dans l’article a décidé de saisir la justice pour « laver son honneur ».


Encore une autre plainte de Karim Wade contre des journalistes. Cette fois-ci, le président de la défunte Agence Nationale de l’Organisation de la Conférence Islamique (ANOCI), par ailleurs, ministre des Infrastructures, de la Coopération Internationale, des Transports aériens, de l’Energie a décidé de poursuivre le journaliste, Johnson Mbengue et Médiapart.fr. Selon un membre de son service de communication joint au téléphone, « le ministre d’Etat a décidé de poursuivre l’ancien journaliste de Walfadjri, Johnson Mbengue, mais aussi de servir une citation directe ».

Karim Wade s’est senti diffamé et offensé par les écrits du site d’information français « Médiapart » qui lui a consacré un dossier entier sur sa gestion de l’OCI. Il a ainsi saisi ses avocats pour qu’une procédure soit déclenchée le plus rapidement possible.

Interpellé sur la plainte de Karim Wade contre sa personne pour avoir témoigner dans ce dossier sur les cas de corruption notés dans la gestion de OCI, Johnson Mbengue a semblé ne pas être au courant de cette initiative du fils du chef de l’Etat. « Le journaliste de Médiapart a déformé mes propos. Je vais lui envoyer un démenti demain matin », a déclaré. L’ancien journaliste de Walfadjri a tenu à faire savoir que ce rectificatif n’est nullement lié à la plainte de Karim Wade. Et qu’avec ou sans poursuite judiciaire, il allait envoyer le démenti à son interlocuteur dans la rédaction de Mediapart.

Répondre à cet article