Accueil du site > Culture > SENEGAL-CULTURE Le colonel Moumar Guèye fustige la disparition du Fonds (...)

SENEGAL-CULTURE Le colonel Moumar Guèye fustige la disparition du Fonds d’aide à l’édition

mercredi 23 mai 2012


L’écrivain Moumar Guèye fustige la manière dont le Fonds d’aide à l’édition a disparu depuis deux ans, et interpelle le chef de l’Etat, Macky Sall, pour que toute la lumière soit faite pour ‘’traquer les ressources disparus curieusement’’.

‘’Nous interpellons le président Macky Sall et son gouvernement pour qu’ils fassent mener, de toute urgence, des investigations pour traquer les ressources du fonds d’aide à l’édition qui ont disparu curieusement et que nous n’avons pas reçu depuis deux ans’’, a-t-il dit dans une lettre ouverte publiée, mercredi, dans le quotidien privé Walfadjri.

Le colonel Guèye explique, dans sa lettre adressée au président Sall, que pour l’année 2011, l’Assemblée nationale et le Sénat ont voté le montant de 515.009.000 CFA alloués à ce fonds et logés dans le budget du ministère de la Culture.

’’N’ayant pas fini de regretter la réduction de la somme qui est passée à 437.108.460 CFA’’, M. Guèye juge ‘’ahurissant’’ que ce budget soit voté et qu’’’aucun écrivain, aucun éditeur n’ait reçu un seul kopek provenant de ce fonds’’.

‘’Voilà donc que, durant deux années budgétaires, les écrivains et les éditeurs ont été arbitrairement privés de ces fonds que la loi leur a octroyés au même titre que l’aide à la presse et le fonds d’aide aux artistes et au développement de la culture’’, a-t-il souligné.

Moumar Guèye a soutenu que le fonds d’aide à l’édition ‘’n’est pas un +fonds politique+. Il est destiné à soutenir et à accompagner la filière du livre, depuis sa fabrication jusqu’à sa promotion. Il ne doit pas être géré en secret et dans une certaine nébulosité par d’obscurs fonctionnaires mus par des intérêts personnels ou politiques (…)’’.

Selon lui, ces fonds ne doivent pas non plus ‘’être attribués à de faux éditeurs qui, en réalité, ne sont que de minables imprimeurs qui ne maîtrisent même pas les techniques de l’édition’’.

‘’Je me dois de rappeler que ce fonds d’aide à l’édition est particulièrement destiné aux vrais écrivains qui, dans leur travail solitaire, usent inlassablement leur énergie intellectuelle, dans le but de produire des ouvrages de qualité, pour, au bout du compte, se contenter de miettes et ne percevoir que moins de 10 pour cent du prix de chaque ouvrage, en guise de droit d’auteur’’, a-t-il encore dit.

‘’Où donc est passé le fonds d’aide à l’édition ?’’, s’interroge le colonel Guèye qui veut, avec ses collègues, ’’être édifié par les autorités’’.

Le colonel Guèye, ingénieur des eaux et forêts à la retraite, est l’auteur de plusieurs ouvrages dont ‘’Crise au projet agro-forestier de Diourbel : Mon combat contre l’arbitraire’’ (2003), ‘’Itinéraire d’un Saint-Louisien : la vieille ville à l’aube des indépendances’’ (2004).

Son dernier roman, ‘‘La Malédiction de Raabi’ ’, 196 pages, a été publié en 2011.

Répondre à cet article

53 Messages de forum