Accueil du site > Sports > Can 2010 > SEXUALITE PRECOCE Les ados sous l’influence des médias

SEXUALITE PRECOCE Les ados sous l’influence des médias

vendredi 8 juin 2012

Serions-nous en train de perdre nos valeurs ? C’est la question que se posent la plupart des populations. L’un des sujets les plus tabous des réalités africaines, est en passse d’être démystifié par la plus jeune tranche de la population. Les adolescents s’intéressent, de plus en plus, à la sexualité et s’adonnent même à sa pratique, à si bas âge. Manque d’éducation ou imitation, les enfants ne craignent rien et vont jusqu’au bout de leur imagination.


e sexe qui a longtemps été un sujet tabou chez les africains, commence à devenir l’affaire de tous. Mais, le pire est que les plus jeunes s’y intéressent beaucoup plus que les autres. La nouvelle génération est certes plus chanceuse dans le domaine du développement des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) mais, elle est aussi la plus touchée par ses effets pervers. Les jeunes innocents, incapables de discerner le bien du mal et victimes du manque de temps de leurs parents, s’adonnent à tout ce qu’ils découvrent dans les médias, et parmi ces découvertes, la sexualité. Selon Awa Sarr, étudiante, les médias, particulièrement l’internet et la télévision, sont les principales causes de la sexualité précoce au Sénégal. « Les jeunes passent beaucoup plus de temps sur internet, visitant les sites pornographiques, alors que la télé perd plusqu’elle n’éduque. Et l’enfant qui ne connait rien, imite tout ce qu’il voit », précisera-t-elle. Pape Madogal Diop, lui aussi, étudiant en communication, pense que tout cela émane de l’éducation. « Si l’enfant est très bien éduqué, rien ne lui fera faire certaines choses », estime-t-il. Les adolescents sont peut-être les plus concernés par ce sujet car, pratiquant la sexualité à très bas âge mais, les responsabilités sont aussi à situer chez les adultes. Aussi, pour Mlle SARR, avec les activités professionnelles des parents qui quittent, tôt, leurs domiciles, pour y revenir très tard, il leur est difficile de veiller à la moralité de leurs enfants. « Mais, l’enfant est prioritaire, même si on travaille, on doit faire de sorte qu’il ait une bonne éducation. C’est pourquoi, je dis que les principaux responsables sont les parents, mais aussi, le développement des médias », déplorera-t-elle. La situation s’aggrave, de plus en plus, ce qui implique la participation de tous. Comme solution, Awa Sarr propose une bonne éducation de base des enfants mais aussi, le blocage, de la part de l’Etat, de certains sites internet qui influent négativement sur la mentalité de nos ados. Madogal opte pour un tri des images qui passent à la télé et un réaménagement des horaires de certains films et émissions, en plus d’un cryptage parental, pour certaines chaines. Lassana CISSE (Stagiaire) REWMI QUOTIDIEN

Répondre à cet article

118 Messages de forum