Accueil du site > Économie > SPOLIATION FONCIERE DANS LA PETITE COTE : Wade et son neveu confisquent (...)

SPOLIATION FONCIERE DANS LA PETITE COTE : Wade et son neveu confisquent 1500 ha de terre L’Etat use de deux décrets contradictoires qui suscitent la polémique

lundi 20 février 2012

Entre le 29 novembre 2001 et le 23 décembre 2009, deux décrets, l’un signé entre l’ancien Premier ministre Mame Madior Boye et le chef de l’Etat, et l’autre entre l’actuel Premier ministre et Me Wade, suscitent une vive polémique. Ces décrets contradictoires, entre deux gouvernements du même régime (celui en place), montrent les degrés de la main mise des autorités étatiques sur les terrains de la Petite Côte. Notamment, entre La Pointe de Sarène, Mbodiène, Joal Finio, Toubacouta, Foudiougne, Fimela et Ndagane.


Le 29 novembre 2001, le Président Wade et le premier ministre Mame Madior Boye signent un décret, déclarant d’utilité publique, le projet de réalisation d’un complexe hôtelier sur un terrain du domaine national de Pointe Sarène, d’une superficie de 3ha 41are et 14 ca. (Voir fac similé). L’autorisation sera donnée à Roger Bataille pour la réalisation du projet, et le nommé Patrick Richard est chargé de le mettre en œuvre. Les travaux, d’un coût de plus de 20 millions d’euros, concernant près de 200 villas et un complexe hôtelier, entre autres, pouvaient donc commencer. Coup de théâtre. Le 23 décembre 2009, un nouveau décret, signé par le premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye et le Président Wade, déclare la zone de Pointe Sarène, d’utilité publique et donne l’autorisation exclusive d’exploiter la zone, à la Société d’Aménagement de la Petite Côte (SAPCO) qui est dirigée par son neveu Youga Sakho. Ce qui a suscité des inquiétudes chez les exploitants du premier décret dont Patrick Richard, parce qu’aucun dédommagement n’étant prévu, ils allaient ainsi perdre leurs investissements. Ce qui a soulevé l’ire des personnes concernées par le premier décret. Selon toujours nos sources, c’est le fait que « depuis 2009, les terrains n’ont été attribués à aucune nouvelle société ou personne morale ». Ce qui fait que, de véritables soupçons pèsent sur de grosses pontes du régime qui ont main mise sur les terrains de la Petite Côte, situés entre la Pointe Sarène, Mbodiène, Joal Finio, Toubacouta, Foudiougne, Fimela et Ndagane. Une zone de près de 1500 hectares sur lesquels la main mise de la SAPCO est totale et définitive, avec un partage non transparent. Sékou Dianko DIATTA

Répondre à cet article