Accueil du site > Actualités > Scandale parc automobile : Des factures pour justifier ses accusations

Scandale parc automobile : Des factures pour justifier ses accusations

jeudi 1er juin 2017


Me El Hadji Diouf a revêtu son manteau d’avocat ce jeudi matin à l’Assemblée nationale. Face à la presse, le député a brandi des factures signées par l’institution par le truchement d’une société du nom de « Expert Auto » créée en 2012, laquelle gère, selon l’avocat, l’entretien des véhicules.

Pour étayer ses accusations, l’avocat de brandir une parution de la revue hebdomadaire « Nouvel Hebdo » du 11 au 17 octobre 2016 qui traite du « scandale du parc auto ».

El Hadji Diouf a ensuite montré des factures de vidange, qui concernent sa voiture, facturées à hauteur de 128.785 020F Cfa, contrairement à ce qu’a soutenu la caissière numéro 02. « Quand je fais le vidange de ma propre voiture, ça n’a jamais dépassé 35.000F Cfa. Il n y a jamais eu de factures de moins de 100.000 FCfa » , renchérit El hadji Diouf, avec, à l’appui, une autre facture en date du 26 mai 2016.

Pour justifier la surfacturation toujours, l’avocat d’indexer le changement des quatre pneus de marque Goodyear facturés à hauteur de 800.630F Cfa. « Quand les pneus sont changés, ils sont vite récupérés pour les revendre et mettre l’argent dans leurs poches », argue l’avocat. Avant d’ajouter : « j’ai demandé une facture pro forma à la société qui a vendu les voitures à l’Assemblée pour savoir le montant des quatre pneus réellement, c’est facturé à 521.400F Cfa hors Tva, une différence de 279.230F Cfa. »

Last but not least, la facture des plaquettes de frein « estimée à 358.373 F Cfa alors qu’elles n’atteignent pas 100.000 F Cfa. Ils ont daigné demander à mon chauffeur de changer les freins. Jusqu’à présent je n’ai pas encore changé de freins. Je me suis rapproché d’un atelier de mécanique pour vérifier, le mécanicien m’a dit que les freins sont intacts. C’est pour faire semblant de les changer sans changer ».

El Hadji Diouf dit toutefois préférer attendre la fin de la législature pour faire le bilan.

Auteur : Chamsidine SANE

Répondre à cet article