Accueil du site > Sports > Sénégal 2 - Tunisie 2 - Ambiance à l’UCAD : La déception, chose la mieux (...)

Sénégal 2 - Tunisie 2 - Ambiance à l’UCAD : La déception, chose la mieux partagée

jeudi 24 janvier 2008

A l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, le match nul des Lions est considéré comme une défaite. L’ambiance est marquée hier par la déception. Les étudiants interrogés ne sont pas contents.


La Coupe d’Afrique des Nations est une grande occasion de ferveur sportive et de cohésion nationale. Si l’intérêt que les Sénégalais accordent au sport et principalement au foot ball est important, il n’en reste pas moins vrai que le temps à consacrer au travail est visiblement très réduit.

Mais cela peut bien se comprendre par endroits dans la mesure où la haute compétition est source d’enjeux dans tous les pays tenus d’honnorer leurs drapeaux et d’accorer à leurs peuples le mérite de compter parmi les grands cités en exemple. Dans le domaine sportif comme dans d’autres, nous nous faisons distinguer bien souvent de fort belle manière.

Les maladresses de notre équipe nationale font l’objet de désapprobations de la part de nos concitoyens au nombre desquels figurent les étudiants de l’Ucad qui se désolent que l’équipe nationale les habituent à des déceptions chaque fois qu’ils sont en attente d’espérer la voir réaliser des performances.

La fibre patriotique se manifeste à travers la disposition collective des Sénégalais à se réunir dans un salon, une chambre et même parfois une chambrette pour vivre intensément les matches livrés par notre équipe. "Forte mobilisation" Les étudiants n’ont pas manqué d’être des douzième "Gaindés" au même titre que les autres Sénégalais. Déjà, bien avant le match, ils s’affairaient autour du thé, les yeux rivés sur l’écran de Tv.

Ceux qui n’ont pas d’appareil dans leurs chambres, se contentaient d’une place dans les salles-télés, remplies à craquer. Les pronostics fusaient de toutes parts en faveur bien sûr du Sénégal que les étudiants disent "disposer de bonnes individualités pour réussir un jeu collectif perfomant". Mieux, la composition de notre poule est selon eux "un atout qu’il faut exploiter. La Tunisie, l’Afrique du Sud et l’Angola sont des équipes très prenables. Jamais aucune de ces équipes ne nous a causé de problèmes".

Cette assurance collective perdit subitement son poids quand à la 9e minute, la Tunisie marqua un but qui ébranla plus d’un. Et du coup, ce fut les remarques d’"experts". "Ndoye fait un mauvais jeu. Ses passes en retrait sont infructueuses", lacha, énervé, un étudiant qui s’entendit rétorquer comme pour confirmer "Avec Henry, en première mi-temps, le match prendrait une allure plus intense". Les spéculations cessèrent aussitôt quand le Sénégal égalisa.

La crainte de la défaite se transforma subitement en euphorie qu’on croirait voir des sujets en transe. Décidément, on ne douterait pas que le foot ball soit le sport qui fasse perdre si facilement la sérénité. On en était d’autant plus convaincu qu’au retour des vestiaires le but de Diomansy provoqua un déchaînement et des cris amplifiés au point de perturber. Dans la salle Télé, une voix émit la réserve suivante "Autant attendre le coup de sifflet final que de jubiler de sitôt".

Comme s’il s’agissait d’une prédiction, l’égalisation de la Tunisie, survenue quelques minutes plus tard, donna à l’assistance des sueurs froides". "Tony réagit comme un amateur. Ses gris-gris sont sans doute devenus inefficaces", ironisa un étudiant non sans susciter quelques rires. Et quand l’arbitre japonais siffla la fin du match, tristement, les uns s’abandonnaient à leurs chaises au même moment où avec regret, les autres sortaient désespérément de la salle avec cette phrase lourde de signification : "C’est au moment de faire rêver que notre équipe nous déçoit".

Ils ne sont certainement pas les seuls à le penser même s’ils l’ont dit. Il appartient donc aux Gaindés de le savoir comme le leur demande le peuple sénégalais avec le tube de Awadi intitulé "Jambar Légui légui".

Source : Le matin

Répondre à cet article